vendredi 22 août 2008

Vacaaaances ...

... c'est déjà fini ...

Enfin, ça continue, mais à la maison ... et les vacances à la maison, c'est pas pareil.

En attendant, la Bretagne, c'est BIEN. D'accord, d'accord, les puristes diront que St Nazaire c'est pas la Bretagne, mais en même temps c'est pas la Vendée non plus (demandez aux Vendéens), alors c'est où hein ? Alors en tant que Bretonne (vraie de vraie hein, du genre dégénérée issue de consanguins du Finistère, s'il vous plaît), j'ai tranché, là.

Et pour les moqueurs qui disent qu'en Bretagne, il pleut que deux fois dans l'année, du 1er janvier au 31 août, et du 1er septembre au 31 décembre, je proteste : on a eu 4 jours de temps superbe. Avec un vent à décorner les boeufs, j'en conviens, mais j'avais comme un peu zappé qu'on venait pile au moment des grandes marées ... en attendant, le vent chasse les nuages, et certes on se les gèle, mais avec un peu de soleil et quand on est habitué à se baigner dans l'Eure qui plafonne à 15°, même pas peur.

On a donc fait les touristes pendant 4 jours : visites touristiques, achats touristiques, restos touristiques, marchés touristiques, baignades touristiques. On s'est même fait avoir comme des bleus sur les prix du sel de Guérande et la vitesse de montée de la marée. On a fait ça bien, quoi.
Et puis j'ai fêté mon quart de siècle dans la jolie maison de mon enfance, et ça aussi c'était BIEN.
J'ai aussi fait un plein de courses à 60€ et un plein à 1,25€ le litre de gasoil, rien à dire, j'aime les vacances, j'aime la province, c'est quand qu'on se barre de cette p***** de région parisienne de m**** où tout est hors de prix, hein ?

Puis hier, on est rentrés chargés comme des ânes. Maman a dit : "la maison va être vendue, alors tu prends tout ce que tu veux", autant dire que je me suis pas fait prier, et que j'ai réussi à caser dans la coffre, outre notre quantité démentielle de bagages pour seulement 4 jours de vacances :
- 2 petits tabourets en formica trop moches mais increvables et incassables
- 3 chaises longues dans un état douteux qui tiennent par l'opération du Saint Esprit et d'une bobine de fil à linge
- 2 fauteuils en rotin bouffés par les vrillettes
- le vélo de Papa pour ma la péter grave sur un vélo qui a trop la classe
- un panier en osier pour aller faire le marché comme les petites mamies
- une cinquantaine de romans policiers qui moisissaient dans le garage
- une demie tonne de draps, torchons et serviettes de toilette
- tout un tas de babioles encore en vrac dans un sac en attendant de leur trouver une place plus appropriée.

Puis hier, on est rentrés sous la pluie. 400km sous une pluie battante. Rhââ. Seul bon point : personne ne saura que les mouettes ont passé 4 jours à s'acharner sur ma voiture. Mais rhâââ quand même quoi.

Aujourd'hui, c'est toujours les vacances, mais avec un air de tous les jours. Même que ça commence par une visite chez le véto pour chaton atteint de coryza chronique et victime d'une attaque d'aoutats pendant notre absence. On avait pas plombé notre budget vacances, bah là c'est fait !

mercredi 13 août 2008

Je hais mon mec ...

... quand il traverse le village en klaxonnant pour me prévenir qu'il est rentré et qu'il aimerait bien que je fasse de même, où que je sois là maintenant tout de suite (j'aurais mieux fait de me taire le jour où je lui ai dit que je trouvais que le son du klaxon de sa jolie Vespa rouge était super fun ...)

... quand il jette ma Lilith à travers la pièce juste sous prétexte qu'elle a voulu goûter au magret de canard (pauvre chatoune, punie pour avoir bon goût ...)

... quand il ramène son grand copain M. à la maison alors que je suis déjà couchée et que je retrouve ledit M. raide bourré le lendemain matin dans mon canapé (sauf qu'à chaque fois, je suis assez bête pour lui offrir un café et un Aspégic au réveil, à M. ...)

... quand il rote à table pendant un repas de famille (ma petite cousine de 17 ans et moi-même avons une très mauvaise influence sur lui ...)

... quand il n'écoute pas ce que je lui dis mais que si sa mère lui dit exactement la même chose, au mot près, il obéit docilement (là par contre je lui trouve pas d'excuse ... sauf à dire que je l'ai mal dressé ?! ...)

... quand il est têtu comme un âne bâté d'à moitié de Breton à moitié con (sur ce, en tant qu'Anne à moitié bretonne à moitié conne, je vais me cacher ...)

... quand il joue les mecs adorables en face de mes copines, qu'il discute avec elles, et fait comme s'il était super content de les voir, mais que sitôt rentré à la maison il dit du mal d'elles, m'explique qu'il suffit qu'elles ouvrent la bouche pour qu'il aie envie de les tarter, et tente de me démontrer par A+B qu'elles sont idiotes ... par contre, elle, là, que j'aime pas, elle est vraiment super cool, pas comme les autres quoi ... (sur ce coup là, je le hais vraiment ...)

mardi 12 août 2008

Les tests culinaires de Chou

Après une période de tests avec la machine à pain, absolument non concluante (y'a un moment où quand tu loupes un pain sur deux, ça commence à bien faire hein), Chou s'est attaqué à d'autres recettes à améliorer et personnaliser, à d'autres machines à pousser au bout de leurs limites.

Du coup depuis quelque temps, c'est cakes et yaourts.

Cakes avec la recette de Belle-Maman (tu penses bien, la recette de ma mère ne lui arrive même pas à la cheville), améliorée et modifiée par les soins de Chou, avec plus ou moins de succès. Genre le cake aux olives, génial (après 2h30 de rinçage des olives, y'avait plutôt intérêt remarque) ; le cake chèvre-courgettes, cata absolue (le chèvre dégage une odeur de vieux camembert mûri au soleil, les courgettes ont dégorgé un truc de malade, résultat c'est pas un cake, c'est de la bouillie puante). Mais Chou ne se décourage pas, et on mangera du cake jusqu'à détester ça à jamais !

Yaourts à la yaourtière. D'abord nature, puis Bulgares, puis aux fruits ratés (au lieu d'attendre le lendemain et de les faire au lait entier comme d'habitude, on s'est dit qu'avec du lait demi-écrémé ça irait très bien, résultat on a fait du Yop, bon c'est bien quand même hein !), puis sur lit de fruits pas ratés, puis sucrés ... enfin, derniers tests en date, parfumés aux huiles essentielles : mandarine, lavande ... Et là, yââârk, méfiance : les huiles essentielles, c'est traître, rapport à la différence de densité entre le yaourt et les huiles (oui j'ai fait S moi Mâdâme, et y'a encore quelques séquelles), qui fait que les H.E. coulent au fond, et que résultat si tu doses pas bien yaourt par yaourt et pas directement dans la mixture de base, tu te retrouves avec 6 yaourts nature sucrés et un 100% H.E. immangeable. Bilan, raté. La prochaine fois Chou-le-chimiste-qui-a-oublié-les-lois-élémentaires fera gaffe.

Mais qu'on se rassure, Chou trouve que les yaourts c'est plus très amusant de toutes façons, et expérimente maintenant la cuisine exotique à faire à la maison avec les moyens du bord. Merci Belle-Maman de lui avoir ramené ce super bouquin pour Mac Gyver culinaire, non seulement ses plats ne ressemblent à rien, mais en plus c'est vraiment dégueu.

vendredi 8 août 2008

08/08/08

J'aime les dates symboliques. J'aime les dates tout court d'ailleurs, j'ai une mémoire extraordinaire pour ça, mais quand elles sont jolies, ou qu'elles ont un sens pour moi, je les aime encore plus.

Alors ce 8 août 2008, tout comme le 7 juillet 2007, le 6 juin 2006, etc ... je l'aime. Un peu moins que les autres peut-être à cause de l'ouverture des JO en Chine, même si je trouve ça super classe d'avoir choisi le 08/08/2008 à 20h08 pour commencer la cérémonie d'ouverture.

Je ne sais pas bien pourquoi ni comment m'est venu ce goût pour les dates, mais depuis pas mal de temps déjà, je scrute les dates d'anniversaire de mes amis, je guette la naissance des petits cousins et cousines en espérant qu'ils aient une chouette date de naissance, et je trouve toujours des trucs complètement déments.

- J'ai trois cousines qui sont nées en 1991 : la première le 11 juin, la deuxième le 11 juillet, la troisième le 11 septembre.
- Le fils aîné de ma cousine est né un 6 mai (06/05). Ses frères ont loupé leur coup, on les attendait le 8 juillet pour le parallèle de la date avec leur aîné (08/07) ... ils sont arrivés le 9. D'ailleurs, le 9 juillet, c'était déjà l'anniversaire de ma soeur et d'une de mes tantes !
- Ma mère est née le 1er novembre. J'ai rencontré Chou un 1er novembre.
- Un de mes petits cousins, le petit fils de la plus musicienne de mes tantes, est né le jour de la fête de la musique.
- Yiise est la parfaite jumelle de mon abruti de cousin, nés tous les deux le 11 avril 1984. Le 11 avril est aussi la date de naissance de ma première chatoune d'amour, Shashka. Et c'est Yiise qui m'a donné ma 2ème chatoune d'amour !
- D'ailleurs si on continue sur les chats, Shahska est née un 11 avril, Peyotl un 11 juin, Raymonde la fille de Peyotl un 11 mai. Y'a que ma Lilith qui a faussé les statistiques en naissant un 14 mars ... jour de l'anniversaire de mon père.
- En ratissant un peu plus large, autrement dit en ne prenant en compte que les années et non les jours et mois de naissance, j'ai remarqué une autre chose surprenante. Les parents de Chou sont nés en 1949 pour lui, 1953 pour elle. Mon oncle est né en 1950 et ma tante en 1954. Leurs trois enfants respectifs sont nés à chacun dix ans d'intervalle : la soeur aînée de Chou en 1974 et mon cousin crétin en 1984, Chou en 1977 et mon autre cousin en 1987, la petite soeur de Chou en 1981 et ma cousine en 1991.

Et j'en passe ...

Une de mes tantes se rajeunit de deux ans, uniquement pour pouvoir dire qu'elle est née le 04/04/44. J'aimerais bien faire la même, version trois ans de plus ... juste pour fêter mes 28 ans le 20/08/2008 ! Remarque, passer le quart de siècle à une si jolie date, ça me va aussi hein !

lundi 4 août 2008

Chou et moi on est dingues (épisode 2)

Ca faisait pas loin d'un an que tous les samedis en allant faire mes courses, je passais devant une grande maison, avec un énooorme panneau "A vendre" cloué sur la porte du garage. Et ça faisait quelques mois que je me disais que cette maison, fallait vraiment que j'appelle pour la visiter, parce qu'elle avait l'air vraiment trop bien, sauf que bon, si ça faisait un an qu'elle était à vendre, devait quand même y avoir un souci de taille.

Et finalement, un jour, il y a un peu plus de deux mois de ça, j'ai appellé. Et j'ai compris. D'après l'agent immobilier : "la maison a un énoooooorme potentiel". Là, je dis "aïe, aïe, aïe", ça sent les travaux interminables à plein nez. Du coup j'insiste, genre explique-moi un peu mieux la situation mon coco, et le prix tiens tant qu'on y est. Déjà, le mec, il est en voiture, et le prix il sait pas, il l'a pas beaucoup faite visiter, et il a pas le dossier sous le nez (oui j'imagine bien), mais il répète que la maison a un énorme potentiel. Merci, j'avais compris.
Du coup, je prends mon volant à deux mains, et je file voir par moi-même, puisque le monsieur il est pas capable de me dire et qu'il me rappellera que demain pour me donner toutes les infos dont j'ai besoin. Et là, j'ai compris (une fois de plus). Le potentiel, c'est l'étage, avec la toiture refaite à neuf, remarquez c'est déjà pas mal, au moins la maison prend pas l'eau, et par ici c'est un critère non négligeable, vous pouvez me croire. Mais pour le reste ... déjà, zéro isolation moderne, placo mon ami et double vitrage power, niet, nada, que dalle. Ah si, deux fenêtres ont été changées, quand même. Ensuite l'intérieur : aperçu à travers les vitres crado (ça fait longtemps qu'elle a pas dû être habitée cette maison ...), de la tomette partout au sol. J'aime beaucoup la tomette, c'est très joli, on voit pas la crasse dessus, mais la tomette ça se déforme avec le temps, et de toute évidence, du temps, y'en a pas mal qui a dû passer depuis la pose de ladite tomette vu la tronche qu'elle tire la pauvrette. Au fond de ce qui ressemble à la pièce principale, un escalier totalement dément, mais dans un état euh ... dément mais pas franchement dans le bon sens du terme. Vu d'ici, les normes ISO je sais pas combien en matière de plomberie et d'électricité, on peut aussi se les mettre derrière l'oreille. Et surprise, en regardant dans un interstice de la porte du garage ... l'étage n'est pas fermé, il manque un morceau de mur en haut, genre un pas de trop et zblarf tu te retrouves un étage plus bas, aïe. Sur le côté, un jardin dément, mais qui n'appartient sûrement pas à la maison vu son entretien plus que nickel, et de là où je suis, impossible de voir s'il y a un espace extérieur. Ca promet.
Du coup, contre-visite de l'extérieur avec Chou le soir même, Chou soit dit en passant, encore plus emballé que moi malgré l'immensité des travaux à entreprendre. Puis revisite quelques jours plus tard, en vrai, mais sans Chou rapport que le mercredi en plein milieu de l'aprèm, il bosse, lui ... Et à peine arrivée, le couperet tombe ... le prix ... ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !!!! Ne pas partir en courant, ne pas partir en courant ... Sérieux, y'a des grands malades sur terre ... la maison, c'est une ruine, y'a rien au normes, pas de salle de bain digne de ce nom, un terrain minuscule, des pans de murs manquants, zéro isolation ... tout ça pour 280 000 euros, rien que ça. Oui mais non quoi. Je ne regrette pas la visite, parce qu'en dehors de tous ses défauts, la maison était tout simplement démente, mais je doute que qui que ce soit achète un jour cette chose ... D'ailleurs, l'agent immobilier a eu beau me soutenir qu'il avait des acquéreurs, le panneau "A vendre" est toujours en bonne place sur la façade, même qu'ils en ont rajouté un deuxième de l'autre côté ...

Quant à moi, pas découragée par le peu de biens décents sur le marché ces temps-ci, j'ai continué mes visites, de maisons un peu moins exceptionnelles, mais plus dans mon budget ... mais je suis décidément irrécupérable, et malgré la grosse claque prise dans la première maison, j'aime toujours autant le concept de fantasme ...
... to be continued.

vendredi 1 août 2008

La chèvre et le Chou

En tant que fille qui se respecte, je me dois d'avoir une passion dévorante pour un tas de choses non-vitales, et si possible nécessitant un budget conséquent. Et comme je suis pas contrariante comme fille, je ne me le suis pas fait dire deux fois !

Résultat, j'ai entamé une collection impressionnante de sacs et de paires de chaussures, pas trop chers si possible, mais bon c'est pas toujours possible disons.

Et voilà comment rendre le Chou complètement chèvre !
Mon Chou, travaillant en pharmacie, me ramène régulièrement des super sacs offerts par les fournisseurs. Sacs normalement destinés aux clientes fidèles, mais faut pas déconner non plus, pourquoi les donner à des inconnues alors qu'il peut les ramener à la maison et me voir faire des bonds dans le salon pendant 10 minutes en piaillant que le sac est troooo booooo, que c'est génial et que je l'adore ? Alors forcément, quand je reviens d'une virée shopping et que parmi mes trouvailles, je lui colle sous le nez, tout sourire, un nouveau sac trooooo démeeeeent, il fait un peu la gueule. "Encore un sac ??! Mais Anne, je t'en ai ramené 3 ce mois-ci !". Oui mais bon, j'en avais pas de comme ça, t'as vu y'a plein de poches, et de la place pour tout mon barda, il est pas beau hein dis, il est pas terrible même ? "Groumph ..."
Et là, je ne parle même pas de l'épineuse question du rangement des anciens sacs. Chou en a un poil marre qu'ils traînent n'importe où, mais entre nous, on vit pas non plus dans un château, et moi je suis navrée, mais je fais ce que je peux hein.

En ce qui concerne les chaussures, je vous laisse admirer les 3m² de notre cuisine les plus proches de la porte d'entrée pour juger de l'ampleur de la catastrophe (sachant qu'il y a encore une bonne quinzaine de paires qui attendent sagement leur tour dans le cellier) ...

(d'ailleurs, si vous regardez bien, vous remarquerez que sur ce coup là, Chou il peut bien la mettre en veilleuse, parce que oui c'est le dawa, mais ce n'est pas uniquement de ma faute ! et d'ailleurs, s'il la ramène de trop, je mets des photos de SON dressing, qu'on rigole un peu !)

mardi 29 juillet 2008

Marche et crève

Je viens d'apprendre une chose surprenante : ici, quand t'es à l'article de la mort, mieux vaut rester chez toi plutôt que de tenter la mission urgences, au moins t'économiseras du gasoil (et au prix où il est ces temps-ci, c'est pas du luxe).

Parce qu'aux urgences, voilà le discours auquel on a eu droit avec ma coupine Emilie et son abcès dentaire :
- Non désolé on peut rien vous donner contre la douleur, oui, même si vous n'êtes allergique à rien, c'est le médecin qui décide, et le médecin là il est parti déjeuner donc retournez vous asseoir et essayez de penser à autre chose. (Après 2 heures d'attente, ça énerve ...)
- Bon bah en effet c'est bien abcès. Mais on va faire une radio pour vérifier. (Après examen de la radio par une infirmière - le médecin devait être aux wc) : Non en fait regardez, y'a rien, mais non la tache blanche c'est rien du tout, enfin c'est votre plombage quoi, mais vous pouvez rentrer chez vous, vous avez l'air stressée, ça doit être psychologique. (Dans le doute, en rentrant, on a amené la radio au dentiste : cette conne d'infirmière avait pris la radio à l'envers, et il y a bien un abcès ...).

Bon on a quand même réussi à se faire refiler des médocs gratos, avec force insistance et une légère petite crise de nerfs d'Emilie à qui les calmants pour la douleur ne faisaient plus vraiment effet. C'est déjà ça de pris.

Mais il reste une chose à retenir de tout ça : à l'hôpital de Mantes-la-Moche, la maternité ok, le service neurologie ok, les urgences (à moins d'avoir la tête désossée du reste du corps, parce que là y'a moyen qu'ils arrivent à être relativement opérationnels) on oublie.
Mission de service public disiez-vous ? Et ta soeur ?

samedi 19 juillet 2008

Chou et moi on est dingues (épisode 1)

Il y a quelque temps, en crise de crâquage absolu, nous avions décidé d'un commun accord (surtout commun de mon côté, mais Chou a pas longtemps résisté non plus hein), que 2 sacs à puces ne suffisaient pas à l'harmonie de notre petite vie, et qu'il nous en fallait un, ou plutôt une troisième.
Sauf que ce qu'on avait pas vraiment prévu au programme, c'était l'arrivée imminente d'un quatrième petit monstre ronronnant ... Enfin si, on avait bien vu que la Pépette s'était faite attrapper par le gros matou gris trop beau même que c'est lui qui nous avait donné envie d'adopter le 3ème petit démon que c'est sa fille cachée, obligé. Mais on s'attendait pas franchement à qu'elle nous ponde une petite boule 3 jours après l'arrivée de la Lilith ...

Résultat, deux mois et de nombreuses grandes aventures félines plus tard (entre autres l'adoption de notre Lilith par la jeune maman adorable qu'est notre Pépette), on est un peu comme des cons, parce qu'on arrive plus à se séparer de notre petite Raymonde ... La raison nous dit de la donner coûte que coûte, même si c'est le seul et unique chaton que nous aie fait et que nous fera jamais notre Pépette d'amour, même si ça craint de la donner à des gens qu'on connaît pas juste avant l'été desfois qu'on tombe sans le savoir sur des connards qui vont l'abandonner pour partir en vacances peinards, même si on s'est drôlement attachés à elle parce que 3 chats ça va 4 chats bonjour les dégats. Mais notre coeur ne peut pas.
D'accord elle est over relou, d'accord elle accumule plus de conneries que n'en ont jamais fait les 3 autres réunies, d'accord même la Lilith qui a au moins 4 mois maintenant en a marre de cette petite soeur surexcitée, d'accord ça va être l'enfer quand sa dégénérée de mère va décider que ça y est sa filloute est suffisamment grande pour voler de ses propres ailes et va lui faire la misère pour qu'elle lui lâche un peu les tétines ... Mais on peut pas, voilà, on peut pas, c'est tout.
Et on peut encore moins depuis que j'en parle avec Yiise, et qu'à chaque fois que je lui raconte un truc, à chaque fois que je lui envoie une nouvelle photo, elle me dit : "Ohhhh on dirait trooooo la Badouille !!!" Oui parce que tout ça, c'est une histoire de famille, en plus, histoire de pas nous faciliter la tâche quoi. Et d'apprendre que jour après jour notre Raymonde est de plus en plus clairement le portrait craché de sa jeune mamie, ben voilà, ça aide pas.


Ah oui au fait, pourquoi "Raymonde" me direz-vous ? Bah parce que figurez-vous que quand on a qu'un seul chaton dans une portée, à la base c'est une boule dès la naissance. Et puis toute seule à téter, la miss ne s'est pas franchement privée, et s'est retrouvée à 3 semaines incapable de marcher pour cause de gros bidou pendouillant trop lourd à porter pour ses petites pattes. Sans compter qu'aujourd'hui, à 2 mois, notre petit bout de gras préféré n'a toujours pas perdu son gras du bidou et est ... comment dire ... moelleuse (remarque, ça nous change du sac d'os qu'est la petite Lilith ...) ! Une vraie Bidochon, d'où Raymonde ... et si ça avait été un mâle, ça aurait été Robert. J'vous explique même pas la tête du véto quand je l'ai emmenée l'autre jour : "Alors comment elle s'appelle cette jolie petite minette ?" "Hum ... euh ... Raymonde ... mais euh ... on l'appelle Bidouille sinon hein, euh, oui, bon, tout ça quoi ... héhé ..." Silence gêné ... tu m'étonnes.

jeudi 26 juin 2008

Voilà l'été-é-é !

La plupart des filles, quand on leur dit "été", pensent "soldes d'été" et "bronzette au bord de la mer".
C'est dans ces moment là que je me dis que je dois pas être une fille, qu'il y a eu une erreur de conception, je sais pas, mais moi quand on me dit "été", je pense "travaux". Oui parce que moi Madame, je ne vis pas dans un pays où on peut se permettre de se lancer dans la déco de sa maison à n'importe quelle époque de l'année, rapport au froid, à la pluie, et à mes petits chatons jolis que je ne peux me permettre de mettre dehors par n'importe quel temps, je suis pas un monstre.

Bon d'accord, j'avoue, j'ai aussi pensé un peu "soldes", mais c'est déjà fait depuis longtemps, merci La Redoute et 3 Suisses qui font des siouper soldes avant l'heure. J'ai aussi pensé "fini le teint de bidet", mais vu qu'on a eu un temps sublime depuis début mai et que je passe beaucoup de temps dehors, même pas besoin d'aller à la mer pour avoir un joli teint hâlé (et des petits boutons sur le museau, merci), et d'ailleurs, la mer, j'y suis allée, mais j'ai tout juste trempé mes orteils, manque de chance il faisait pas si beau que ça ...

Il est donc largement temps de me lancer dans mes travaux d'été.
Commencés, d'ailleurs, il y a 15 jours, par un grand rangement du cellier et de la pièce à côté qui sert à rien ah mais si une fois rangée elle est carrément top en fait, avec ma coupine l'Elise et ses allergies. Et par l'aménagement de la grange en vue des longues nuits d'été, avec un bar qui va bien et un nouveau sol en graviers qui nous changera de la terre poussiéreuse crado ingérable.
Ma nouvelle mission : attaquer la peinture des plafonds (non faits l'an dernier, trop la flemme), du salon (quand on aura réussi à se mettre d'accord sur la couleur avec Chou, ce qui est loin d'être gagné, croyez moi), et si motivation suffisamment importante il y a, de l'escalier et du couloir de l'étage vraiment vraiment trop trop cracra (traces de doigts powa).

Voici, en attendant, un aperçu des travaux réalisés l'an dernier par moi-même et myself, même que je suis super fière de moi sur ce coup là. Pour l'avant/après, c'est pas compliqué, avant, TOUT était blanc sale, c'était moche, triste, déprimant, là.


Maintenant les meubles blancs se détachent bien, les murs cannelle donnent un style rustique qui va super bien avec l'ambiance de la maison et de ses vieilles pierres, les touches de vert anis amènent un peu de modernité et de couleur et (summum de la classe) font un lien entre chaque pièce vu que c'est la seule couleur commune à tout le rez de chaussée, le peu de blanc qu'on a laissé attire la lumière. Je voudrais pas me lancer des fleurs, mais perso, je trouve que ça pète. Après, on aime ou on aime pas hein ... moi j'adooooore !

lundi 16 juin 2008

Enfer et damnation !

Si certains en doutaient encore, je confirme, persiste et signe : l'enfer existe bel et bien.
J'y suis depuis 4h ce matin, et croyez-moi, c'est pas du flan ce qu'on raconte, et je vous déconseille fortement l'expérience. En d'autres termes, si la journée commence mal, enfermez-vous à double tour, retournez sous la couette, et n'en ressortez pas avant 24h minimum. Même si vous n'avez plus sommeil, même si vous vous em*merdez comme un rat mort, surtout ne bougez plus un orteil au risque de voir la situation déjà calamiteuse empirer de minute en minute.
Sauf que moi, autant je suis une pro des conseils, autant dès qu'il s'agit de les suivre y'a plus personne.

Résultat :
Debout à 4h du mat'. Enfin, debout est un bien grand mot, disons plutôt réveillée, en sueur, l'impression de m'être endormie dans une piscine (trop cool). Et impossible de me rendormir. Sachant que j'avais dormi 4h la nuit de samedi à dimanche, et que dimanche soir je me suis couchée à 23h30, j'vous raconte même pas à quel point j'ai apprécié.
6h, pétage de plombs, squattage devant Télé Matin. Et le lundi, Télé Matin, c'est pourri. Et à 6h du mat', les chatounes sont en mode furies dégénérées ... comme une grosse envie de les transformer en pâté de chat.
7h30, départ au boulot. Tant qu'à faire d'être réveillée, autant que ça soit utile. Arrivée 8h. J'habite à 10 bornes du boulot hein ... Les nerfs, et une énoooorme envie de réduire en bouillie ce p***** de tracteur de m****.
Depuis : le téléphone sonne toutes les 20 secondes, que des clients pas contents qui m'en mettent plein la tronche, terrible envie de leur expliquer ma façon de penser ... A côté de ça, mon boulot du jour est tout ce qu'il y a de plus épanouissant : noter les adresses sur les 478 retours de courrier reçus ces dernières semaines pour les effacer ensuite de notre base de données ... Envie de tous les fracasser, ces abrutis qui déménagent sans nous donner leur nouvelle adresse.
A part ça : j'ai mal au crâne, mal au bide, froid aux pieds, j'éternue et je tousse sans arrêt, je suis crevée ... mais sinon tout va bien. Et pour couronner le tout, quand je vais rentrer, Chou va encore être désagréable, et je vais encore me prendre la tête à essayer de deviner ce qu'il a (très pratique comme système encore, Monsieur ne dit jamais rien et moi je suis Madame Soleil c'est ça ?), et puis même si je finis par tomber juste j'aurai pas plus d'explications, et puis je vais me faire pourrir pour tout et rien, j'te raconte même pas comment ça va être chouette quand je vais lui demander de passer la serpillère vu que c'est moi qui ai tout rangé et nettoyé hier à part le sol ... Sans compter que Pépette va être relou parce qu'elle veut sortir, que Lilith va être relou parce qu'elle aussi veut sortir, que je vais faire sortir Lilith parce qu'elle va me les briser menu et que du coup Pépette va être encore plus relou, que Raymonde (no comment, merci) va être relou juste parce qu'elle est naturellement relou, que Pépette va être over méga relou parce que ça va la gonfler vite fait que Raymonde soit relou ... Nan, trop bien quoi.

L'enfer, quand y'en a déjà trop, y'en a encore. Péter un plomb ou devenir dingue, choisis ton camp camarade.

samedi 14 juin 2008

Accro

Soigner le mal par le mal, telle pourrait être ma devise.

Du genre, l'accro à la télé et aux séries débiles que je suis vient d'investir dans la TNT. Ou comment nourrir le vice à grands coups de séries pour ados sur NRJ12 et W9, séries vieillottes sur TMC (ça m'avait manquéééé !!), émissions vice-cerveau etc etc etc ... Non mais bon, pas que, hein. A partir de maintenant, Chou n'entendra plus jamais mes jérémiades à 20h50 quand sur France 2 ou France 3 ils présentent les programmes sur France Télévisions et qu'il y a toujours un truc complètement dément sur France 4 ou France 5 alors que sur les chaînes hertziennes y'a encore que d'la merde, on ne chouignera plus jamais parce qu'on rate encore un épisode des Simpsons même si on les a tous vus au moins 50 fois, par contre on a pas fini de se battre pour savoir ce qu'on va regarder !!!
Par contre, c'est abusé, y'a pas MTV sur la TNT ! Comment je vais pouvoir regarder Parental Control, Dismissed, Laguna Beach, Les stars pètent les plombs, et autres conneries du genre, sans compter toutes les nouvelles émissions que je connais pas et qui sont forcément trop nulles donc trop bien ... hein ? C'est quand que je pourrai enfin avoir la télé par Internet ???

Et dire que j'ai vécu 15 ans sans télé ... pfff ...

mardi 27 mai 2008

D'heureux tour

Wouhou, un blog à l'abandon !!

Oui mais voilà, entre le soleil et l'obligatoire bronzette à la terrasse du café en compagnie de mon diabolo-menthe adoré, ma coupine Emilie qui va pas trop bien, mes galères de chats et les siennes (t'imagines, 2 chats, dont un mâle non castré, habitués à dehors, enfermés 24h/24 dans 20m carrés, l'horreur a un nom), les vacances de Chou, le shopping vu que j'ai à la fois le temps et l'argent pour ... j'ai pas trop eu le temps pour tout le reste en fait. Et puis de toutes façons, j'ai toujours d'excellentes excuses.

Surtout pour pas en glander une. Genre au boulot en ce moment :
- 9h, débarquement.
- 9h05, vérification des mails pro, réponses aux mails en question
- 9h20, vérification des mails perso et promenades bloguesques
- 10h30, vérification que j'ai rien oublié d'important, qu'il y a pas un papier urgent qui traîne en vrac quelque part
- 11h, retour à la maison après un passage express à la poste.
Hum. Je n'ai strictement rien à faire, c'en est presque désespérant.

L'avantage, c'est que ça, cumulé aux vacances de Chou, ça donne un plutôt joli résultat. Je le réveille en rentrant avec un petit déj' au lit, il adore, et Lilith aussi (une patte dans le lait, le museau sur une tartine beurrée, un ptit coup de quenotte vite fait dans le camembert, puis se faufile sous la couette pour jouer avec les 20 orteils qui la provoquent dessous). Et en deux jours, on a abattu plus de boulot dans la maison qu'en un an : fini l'encadrement de porte jaunâtre moche, on s'est enfin motivés pour passer la 2nde couche de vert anis dessus ; finies les ampoules qui pendouillent lamentablement, bienvenue à mes jolies appliques achetées avant Noël et à la super luminosité qui va avec ; finis les médicaments qui traînent partout et l'armoire à pharmacie qui déborde, une nouvelle, plus grande, a été installée à la place, la vieille a remplacé les étagères bancales, lesquelles ont été refixées un peu plus haut, et hop hop hop, rangement power ; fini le placard qui prend la poussière, les portes ont été repeintes et remontées en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire; fini le cellier sale et bordellique, Le Roi Merlin, ma perceuse et moi on a fait du bon boulot, tellement que c'en est flippant, je retrouve tout, un truc de dingue; fini le jardin en friche, limite si on pourrait pas en faire un golf, ou un terrain de foot, au choix.
Moi, tout ça, ça me rend juste heureuse. J'aime quand ça avance, même s'il me faut en général un bon gros coup de pied au derrière pour démarrer, ouai ok, la flemme ou l'harmonie de ton home sweet home, choisis ton camp camarade.
Reste plus qu'à fixer de nouvelles étagères dans la cuisine, et des crochets pour la batterie de cuisine, rapport que j'en ai marre de devoir considérer mon égouttoir comme un rangement supplémentaire, faute de place ; à repeindre les plafonds pas finis et le salon pas commencé, en blanc bien lumineux, ça nous changera du coquille d'oeuf nicotineux crado ; à remplacer les canisses en décomposition sur le portail, à planter nos nouvelles jolies barrières spéciales gare ton épave ailleurs que sur ma jolie pelouse et à installer derrière un joli banc et une tonelle que j'ai intérêt à trouver fissa et à pas cher sinon ça va me gonfler ... et tout sera PARFAIT !

Reste à savoir si on sera pas pris d'un coup d'une méga flemme qui repoussera tout ce qui n'a pas encore été fait aux calendes grecques ... Arf ...

jeudi 15 mai 2008

Catwoman

Les chats et moi, une grande histoire d'amour !

Tout a commencé avec Chaussette, une petite chatte rousse qui appartenait aux voisins de ma tante. Sauvage comme pas permis, mais tellement adorable ! Et puis la voisine a déménagé ...

Ensuite, il y a eu Elfie chez ma cousine, rapidement rebaptisée Elfi (oops !). Un chat énoooorme, à moitié sauvage aussi sauf quand il s'agissait de bouffer, là il devenait encore plus câlin que le plus dépendant des chats d'appartements de mamie ! Et puis un jour il a disparu, la faute à son trop grand amour des poules du voisin sûrement ...

Puis, rencontre avec Réglisse, chez ma tante. Bête Noire n°1, une adorable furie, qui a envoyé se faire écrabouiller sur la D11 Miramar (poids de croisière, 12kg) et Kid (qui répondait aux "Kidouuuuu mon chaaaaaat !" qu'on lui lançait en voiture par des Miaaaaaaaaa déchirants, huhu). Puis Moumousse est arrivée, 1ère ptite tricolore super câline et un peu secouée, très vite adoptée par Bête Noire n°1, manque de bol, c'est sur elle que la leucose s'est abbatue. Les boules.

Puis à 19 ans, j'ai enfin pu avoir mon premier chat : Chopin. Même pas à me prendre la tête pour lui trouver un nom original, il était livré avec, et comme par hasard, il s'avère que Chopin est en plus le compositeur préféré de ma mère (si on pouvait être fan d'un compositeur classique, ma mère serait la fan n°1 de Chopin, du genre groupie qui hurle et tombe en pâmoison au moindre clignement de cils de la star). Chopin, le chat le plus possessif du monde : il détestait tout le monde, sauf moi. Et quand, en déménageant, je l'ai forcé à se sociabiliser, puis lui ai imposé un Chou très envahissant, il s'est carapaté vite fait. Saloperie de chat.

L'une des causes de la fuite de Chopin, le Tem chat, Téméraire de son vrai nom, ramassé dans une décharge à 2 mois tout maigrelet, et qui aujourd'hui, à 4 ans, pèse facile ses 7kg, bon chat. Le chat pas doué par excellence : du genre à se faire une entorse à 3 mois en tombant d'un petit tabouret, à s'éventrer à 6 mois (la veille de Noël, tant qu'à faire) en voulant suivre mon grand Chopin athlétique par dessus un grillage de barbelés, à marcher sur une guêpe puis sur 3 pattes (forcément, avec un coussinet aussi gros que ladite patte, c'est pas simple) à même pas un an. Le chat qui fait le mieux le regard de dépressif genre "je veux mourir", et aussi et surtout le chat le plus sociable du monde, qui accepte les chatons sautillants en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, qui s'en occupe quand ils posent pour la première fois leurs petites pattes dehors, qui les surveille et les défend comme un vrai papa chat au top du top !

Et donc, Shashka, la Bête Noire n°2 est arrivée. Adoptée instantanément par l'adorable Tem chat. La Shashka, c'est la pétasse par excellence ... enfin, la chatte quoi. La pétasse, pas dans le sens négatif du terme, mais juste ... elle est belle, elle le sait, et elle se la pète grave. Toujours élégante, digne (sauf quand elle se roule de bonheur dans le caniveau, mais ça c'est encore autre chose, et puis on ne peut pas toujours être parfaite, n'est-ce pas ?), très fière ... mais tellement adorable ! Et intelligente avec ça. Comment ça, c'est MA chatoune d'amour et je suis pas du tout objective. Attendez, une chatte que l'on peut laisser seule avec un bébé de 7 mois, enfermée dans une pièce, et qui se couche à côté du bébé, toute ronte ronte mais pas trop proche, et se laisse transformer en doudou à patouiller sans rien dire, c'est pas une bestiole plus que formidable ?

Le jour de notre installation dans notre jolie maison avec Chou, on a récupéré Peyotl, fille et soeur des chatounes d'amour de Yiise. Tout l'inverse de Shashka : tellement câline qu'elle en est collante, prodigieusement sotte, totalement indigne (une chatte bien éduquée ne dort pas sur le dos, non, non). La ptite tricolore un peu secouée n°2, la même, vraiment, que Moumousse, la lueur d'intelligence dans les yeux en moins. Tout comme Shashka est définitivement la même que Réglisse, la méchanceté en moins. Un amour ma Pépette, et puis tellement à l'opposé de sa très digne congénère que ça fait un bien fou. Notre sublime Pépette qui nous a pondu un magnifique bébé il y a 5 jours, même que ça l'a rendue un poil dingue, au point d'attaquer un chien (50kg au bas mot) qui s'est jeté apeuré dans les bras de son maître (50kg au mieux, aie). Depuis, ma Pépette est encore plus gentille qu'avant, une super maman à deux doigts d'adopter aussi Lilith, le petit démon mioutant qui est venu nous envahir il y a une semaine.

Lilith donc, petite crapahuteuse gourmande, pas trouillarde pour deux ronds, mais obéissante, qui a déjà compris qui étaient les cheffes et qui a beau faire la maligne devant nous, s'écrase bien bas devant les deux grandes. La petite Lilith qui portera encore mieux son nom l'hiver venu, quand il faudra lui démêler ses longs poils gris qu'elle perdra par poignées, qui déjà nous impose des soins quotidiens cause conjonctivite, écorchures diverses et variées (parce que quand on a pas 2 mois et qu'on entreprend de descendre l'escalier en trombe, ça fait mal) ... pfff quoi. Mais elle est tellement beeeeeeeeelle !!!

N'oublions pas non plus Loupiote, nouvelle martyriseuse de Tem chat, Lilith version chat-vache-maquillée, avec un caractère de peste péteuse comme Shahska, un amouuuur de chatounette !

Tout ça pour dire, que ma vie sans les chats, c'est inenvisageable, surtout sans ces trois là.


mercredi 14 mai 2008

Et en plus ça va être de ma faute

Découverte intéressante hier soir à 22 heures : Chou a perdu sa carte d'identité.
Notez, ça aurait pu être pire, on ne s'en serait rendus compte qu'à l'aéroport si je n'avais pas eu la chouette idée de vouloir faire notre enregistrement en ligne, lequel nécessite ... ladite carte d'identité ! Et bien évidemment, Chou n'a pas de passeport, tu penses bien, ça serait trop simple ...

Et devinez quoi ? Il paraît que c'est MOI qui lui ai perdue, cette maudite carte !
Tout ça parce que c'est moi qui l'ai eu en dernier dans les mains, le jour où je l'ai récupérée chez Belle-Maman ... qui d'ailleurs, quand son fiston l'a appellé complètement désespéré, n'a pas manqué de souligner ce point essentiel : elle m'avait bien dit d'y faire attention ...
Un poil fumasse, j'ai vidé mon portefeuille (et me suis revue retrouver la carte d'identité de Chou dedans, et la lui rendre en lui disant "range-là maintenant s'il te plaît, ça serait con de la perdre" ... tiens donc !), mes sacs, retourné les poches de tous les manteaux et pantalons de Chou qui traînaient, farfouillé dans le tas de paperasse (de Chou), re-regardé partout où j'avais bien rangé vendredi desfois que j'aurais loupé une carte d'identité au milieu du tas de merde qu'était devenu notre salon (hum ...), eu quelques illuminations et fouillé de fond en comble notre chambre et la salle de bains ... Et Chou a encore trouvé moyen de gueuler comme quoi c'était abusé que JE retrouve pas SA carte d'identité et que j'avais sûrement mal cherché ... ben voyons ...
Par chance, quand Belle-Maman a rappellé, c'est moi qui ai décroché (après avoir beuglé une bonne dizaine de fois : "mais p*tain réponds, à tous les coups c'est encore ta mère !") ... et autant vous dire que je n'ai pas manqué de faire comprendre à Belle-Maman (que j'aime beaucoup mais que bon faut pas pousser non-plus) que c'est pas parce que son fils est un bordellique incurable sans cervelle que moi je suis pareille, et qu'il faudrait un peu arrêter d'accuser les autres sous prétexte que son fiston c'est pas un Dieu mais presque, et que je pourrais lui donner tout un tas d'exemples comme quoi il est loin d'être parfait son presque-Dieu et que ah bon elle sait désolée, sans blague ...
Et la meilleure, c'est que Chou a tout un tas d'idées pour partir quand même : genre prendre la carte d'identité de son père parce qu'ils se ressemblent beaucoup (et genre ils vont te croire quand ils vont voir que t'es censé être né en 1949 ???), partir avec une photocopie de ladite carte d'identité ou une déclaration de perte/vol (oui, en train, en voiture, pourquoi pas, mais en avion certainement pas), y aller au bluff sans rien (et rembourser l'essence gâchée à sa mère aussi dans la foulée ...). J'étais à deux doigts de l'étrangler.

Toujours est-il que l'objet du délit n'a toujours pas refait surface, qu'on part vendredi matin, et que je n'ai aucune intention de chercher à la place du presque-Dieu de Belle-Maman, et que je suis déjà bien mignonne de pas avoir l'intention de partir sans lui parce que je l'ai pas perdue, MOI, ma carte d'identité.
Je lui ai dit d'appeler la compagnie aérienne, voir si par hasard ils acceptent pas une déclaration de perte/vol en guise de pièce d'identité, et surtout en rentrant ce soir, de fouiller partout, enfin là où je n'ai pas regardé. Il y a 90% de chances pour qu'il ne le fasse pas ... et qu'il fasse la gueule tout le week-end parce qu'il aura posé une journée pour rien, parce qu'il voulait voir sa soeur, parce que gnagnagni, parce que gnagnagna ...
... et je sens qu'en plus au final ça va être de ma faute.

EnJoY !

jeudi 8 mai 2008

Lilith

Il y a quelques minutes, je cherchais sur Gogole l'origine exacte de "Lilith". Je savais que c'était un démon femelle, c'est bien pour ça que mon adorable nouvelle sacoche à puces porte ce nom (rapport au fait qu'une heure non stop de miii miii dans les embouteillages hier soir, ça m'a un poil tapé sur le système). Mais hier, justement, dans les embouteillages, quand je réfléchissais à un nom pour elle, je pensais aussi à Isis et à un moment à Lolita (je suis pas dingue, je l'aurais jamais appelée comme ça, hein, mais j'y ai pensé quoi) ... et je viens de découvrir qu'on retrouvait parfois Lilith sous les traits de la déesse Isis, et que ce personnage mythique avait inspiré Lolita de Nabokov. Truc de malade.


Enfin bon, tout ça pour dire que je suis littéralement tombée amoureuse de cette petite boule de poils (petite la boule, pas les poils, à elle toute seule, sûre qu'elle en a plus que les deux autres réunies) si câlinette, si débordante d'énergie, si mignonne et crâquante ! Je me souvenais plus bien de ce que c'était d'avoir un chaton à la maison, deux ans quand même depuis Shashka, et je redécouvre avec horreur les joies de la petite bête toute folle qui fait de la varappe sur les rideaux, qui griffe le canapé en cuir, qui chipouille tout, qui mange les plantes ... et qui imite les deux grandes, répondant aux crachements de l'une par de petits soufflements ridicules, et aux grognements de l'autre par un grondement digne d'un gros matou et très impressionnant de la part d'une croquette comme elle !

J'adore !!

mercredi 7 mai 2008

Les bruits de la campagne

Imagine, genre t'as 4 ans, tu mets ta k7 (parce que ça existe pas encore les CD, t'as 4 ans j'te rappelle) dans le lecteur k7 de Papa et Maman (parce qu'à l'époque les enfants de 4 ans avaient pas encore leur iPod à eux tout seuls), tu pousses le son à fond (ça grésille, mais à l'époque on changeait pas une machine juste parce que ça grésillait un chouilla), et tu écoutes Henri Dès (oui, souviens-toi, tu as 4 ans) chanter la jolie chanson des bruits de la campagne.
Bon, en ce qui me concerne, mes parents ne sont ni des monstres, ni des tortionnaires, et je n'ai jamais écouté Henri Dès de ma vie, j'ai été élevée à Elvis et au Rock à Billy moi ... donc je sais pas si Henri Dès a fait une chanson sur les bruits de la campagne hein, mais j'imagine parce que je sais que Henri Dès il a quand même fait un paquet de m*erdes à rendre dingue n'importe quel parent normalement constitué.

Et puis les bruits de la campagne, j'aime bien ...
Brât brât brâtbrâtBrâtBRâtBRÂtBRÂÂÂÂTTT fait le tracteur.
Vrrr vrrr VRRRRRRRRRRRRRRRR fait la tondeuse, surtout la mienne.
Zwoouuffffffff fait le Porsche Cayenne du voisin à 100km dans le village (j'attends avec impatience le moment ou il va faire Kwrouatchkrrrrrr contre le platane sur la place).
Piticlop piticlop piticlop fait l'attelage à Cobs du monsieur que j'aimerais bien savoir s'il peut m'en prêter un, de ses Cobs, parce que ça c'est du cheval que t'as trop la classe bouseuse dessus.
Brouhahabrouhahabrouhahabrouhaha fait le bistro du coin par la porte entrouverte que ça donne trop envie d'entrer voir des gens et contribuer au brouhaha un peu.
Cuicui, kôtkôt, kakèt kakèt, meeuuhhhh, bêêbêê, hiiiiiiihan hiiiiiiiihan, roucouleroucoule font les jolis animaux du village que le dimanche matin à 8h tu trouverais encore plus jolis découpés en morceaux au fond de ta marmite parce que y'a des limites quand même.
Bzzz bzzz BZZZ fait la petite abeille dans le jardin, Schprotch sous ma chaussure fait la petite abeille qui a eu la malheureuse idée de s'aventurer dans la maison.
Pikpikpikpik font les puces, grattegrattegratte font mes jambes, fshhhhhhhh fait le fogger contre les pikpikpik-grattegrattegratte.
Rrrrou fait la Pépette, Mwôô Miêh fait ma Shashka, Miii fait la Nouvelle-Pititoune-Qu'a-Pas-D'nom, Iiiiouiiiiou feront les bébés Pépette ... gââââ fais-je, abêtie par tant d'amour félin.

Hum.
Tout ça pour dire que d'abord l'agriculteur qui pesticide son champ depuis tout à l'heure est un gros dégueulasse qui pollue mes poumons, que la tondeuse m'attend toujours désespérément dans sa remise vu que hier j'avais davantage envie de voir des gens que de rester en tête à tête avec elle, que mon voisin déménage et que ça c'est rien que du bonheur, que demain c'est férié et que le premier qui essaye de m'empêcher de dormir je lui arrache la tête, que quand ces pas les puces c'est les araignées ... enjoy ... et que surtout, surtout : je récupère Nouvelle-Pititoune-Qu'a-Pas-D'nom ce soir ... et que hiiiii quoi !

lundi 5 mai 2008

En mai, fais ce qu'il te plaît

Ca tombe bien, en mai, c'est pas le temps qui manque pour faire tout ce dont on a envie ! Surtout quand on a la merveilleuse idée de poser des congés pile sur le mois plus-gruyère-tu-fais-pas.

Résultat :
4 jours de boulot la semaine dernière, et même un seul tiens, en début de semaine on était pas encore en mai ... et encore, "boulot" pour qualifier ma journée de vendredi est un bien grand mot ...
3 jours cette semaine, vu qu'après 2 heures à décortiquer ma convention collective, j'ai fini par trouver le paragraphe qui m'intéressait : j'ai droit à mes 11 jours fériés par an, et vu que le 1er mai combinait 2 jours fériés, ben voilà, j'ai décidé qu'en échange le 9 mai serait férié ... même si c'était pas prévu à la base, mais vous comprenez, je récupère Nouvelle-Chatoune-Qu'a-Pas-d'Nom mercredi, faut bien que je m'en occupe non ?
4 jours la semaine d'après, puis flying to Ireland pour 4 jours chez Chou's sister ... bon d'accord on va pas se reposer des masses, mais pour une fois que "vacances" signifie "partir" et pas "ménage, rangement, repassage, peinture" ...
4 jours encore la semaine suivante, du coup.
Et vacances la dernière semaine de mai, vu que je ne pouvais décemment pas laisser Chou poser des congés tout seul, le pauvre.
Sans compter que mon patron part une semaine au Sénégal très bientôt, et que j'aime autant vous dire qu'en son absence, je vais pas risquer le claquage de neurone.

J'adore le mois de mai ...

vendredi 2 mai 2008

Journée de m*****

Réveil 8h30. Pour être au bureau à 9h, c'est court. Donc, no café, no ptit déj, no douche, no maquillage. Je suis au radar, j'ai les yeux qui piquent, je suis à deux doigts de tomber d'inanition, je sens le fennec et j'ai une tête de zombie.

Printemps is back, le retour des puces de parquet. J'ai donc foggé la maison en partant. Ce qui veut dire que MacDo ce midi j'oublie, même si ça m'aurait remonté le moral et fait du bien à mon estomac trop vide tout ce gras, parce que je dois rentrer aérer ... et manger des nouilles pour la 7ème fois cette semaine ... En plus ça va me faire tousse cette sal*operie de fogger, d'avance j'aime pas.

Week-end du 1er mai = un technival, des techniveaux. Sauf que mon Chou veut pas y aller sans moi, et que moi je veux pas y aller tout court. Je préfère une soirée peinarde avec ma coupine Bulle qui est la seule à ne pas m'avoir abandonnée pendant ce long week-end, forcément elle bosse samedi, ça aide. Mais Chou il dit que sans moi ça va pas être pareil, que je suis obligée de l'emmener et que ça l'ennuie, et que non en fait je veux me débarasser de lui c'est ça ? Pfff quoi. Je veux juste pas patauger dans la boue pendant 12 heures, et je veux pas non plus le priver d'aller s'amuser avec ses coupains ...

Y'a des jours j'te jure ...

jeudi 1 mai 2008

Joli temps ...

... pour un mois de mai ...


mercredi 30 avril 2008

Phonophobe

Ma hantise au boulot : le téléphone.

Parce que les 3/4 du temps les gens me prennent pour une secrétaire sauf que non crevard c'est juste que le téléphone est sur mon bureau alors arrête de me prendre pour la neuneu de service qui connaît rien à rien, merci.

Parce que j'en ai marre d'expliquer à des gens visiblement effarés au bout du fil que le "service comptabilité" n'est là que le jeudi. Et quand le jeudi est férié ? Bah le "service comptabilité" sera là le prochain jeudi pas férié. Non on est pas 50 ici, et oui c'est moi qui t'ai déjà expliqué la même chose quand t'as appellé hier pauvre débile.

Parce que les 3/4 des gens qui appellent ne sont pas français ... et qu'il vaudrait mieux qu'ils essayent pas de parler français en fait. Ca part d'une bonne intention, j'en conviens, mais un hollandais/flamand, allemand/suisse, australien/néo-zélandais qui essaye de parler français, l'horreur à un nom ... enfin remarquez quand ils parlent anglais c'est pas franchement mieux (oui, même les anglophones, parce que moi je suis navrée, mais l'accent australien c'est un million de fois pire que le plus bouseux de nos accents français)...

Parce que quand je suis prise d'une quinte de toux incontrôlable, ce qui est souvent le cas ces temps-ci, ça le fait vraiment pas.

Parce que je sais plus bien comment expliquer aux gens que le patron est pas là avant 14h minimum, oui c'est comme ça tous les jours, ah bon vous l'avez eu à 8h l'autre matin bah comme quoi les miracles ça existe, hein. Je me vois franchement mal leur expliquer que s'il a répondu au téléphone à 8h du mat' c'est qu'il était pas encore couché, et que comme c'est un peu la même tous les jours, forcément il est pas là avant le début d'aprèm, et que non c'est pas la peine de l'appeller sur son portable, il a un sommeil de plomb.

Parce que le mec des Pages Jaunes avec son questionnaire à la con il commence à me brouter sévère. Pourtant, le message me semblait clair quand je lui ai dit : "j'ai pas le temps rappellez à l'automne 2010" ... non ?

Parce que d'une manière générale, le téléphone sonne toujours quand ça m'arrange pas. Genre quand je suis sur un truc compliqué, où il faut absolument que je reste concentrée, et que merde maintenant j'ai perdu le fil ! Ou quand on est vendredi 18h, que j'en ai marre de marre et qu'une envie, rentrer chez moi, et que c'est forcément à ce moment là que le type au bout du fil ressent le besoin irrépressible de me raconter sa vie de A à Z.

Et je vous parle même pas de quand c'est le portable de mon patron qui sonne et qu'il passe 1h à tourner en rond dans le bureau en hurlant comme un goret desfois que l'autre au bout du fil comprenne pas bien ce qu'il lui raconte ... Moi j'ai bien compris merci, mais c'est si compliqué que ça de fermer une porte, ou mieux, de sortir, c'est pas comme si on manquait d'espace extérieur ici ... ?!?

mardi 29 avril 2008

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

En grosse crevarde que je peux être parfois, je dois dire qu'il y a desfois certaines choses bien moches qui arrivent à des gens qu'on aime, mais qui nous font découvrir des trucs tellement top que finalement, on en arrive à se dire qu'elle est sacrément bien tombée, cette tuile.

J'en veux pour exemple site oueb dément que j'ai découvert ce matin, grâce à ma Yiise, laquelle est dans une situation vraiment moche et pourrie et injuste, c'est d'ailleurs pour ça qu'on en est venues à parler de ça. Yiise, elle m'a montré sur ce site un top appart dans lequel elle se verrait bien, même si en fait non c'est pas bien du tout, mais je l'ai déjà dit non ?
Et moi, curieuse comme je suis, forcément j'ai été fouiller dans le site, desfois que je trouve mon bonheur. A savoir une maison ancienne, avec du cachet un truc de malade que y'a que moi qu'aurai une maison aussi belle parce que je le vaux bien, dans un trou paumé histoire d'être tranquille parce que les voisins c'est pas mon délire et je suis pas non plus trop le leur d'ailleurs, 5 pièces si possible, à moins de 300 000 € (oui j'ai un budget de fou, mais je le vaux bien !), et évidemment avec un top jardin pas trop grand mais dément comme vous en avez jamais vu.
Et j'ai trouvé ça et ça. Ou plutôt pour la deuxième : "cette petite merveille" ...

Je suis toute folle, comme une gamine avec son nouveau jouet. Demain j'appelle pour aller la visiter, m'en fiche de pas avoir les sous, j'irai pleurer à la banque si elle est vraiment aussi top qu'elle en a l'air, et ... c'est pas gagné mais elle est trop belle et trop pas chère quoi :)

Et en plus, ma Yiise aussi elle a trouvé son bonheur, alors c'est quand même un peu bien. Là.

samedi 26 avril 2008

Un samedi comme je les aime (ou pas)

Réveillée par un appel de mon Chou ...
... à 9h30, il croyait que je bossais ce matin et que je serais réveillée ...
... raté.

Il fait un temps sublime, les piti zozios s'égosillent, les chatounes se roulent de bonheur dans l'herbe fraîchement tondue chauffée par le soleil ...
... et moi je vais profiter de cette météo estivale en finissant de tondre près de la moitié du terrain, en mode "friche hivernale plus très hivernale et bien fournie en hautes herbes" ...
... raté.

Mon patron m'a envoyé un texto à 3h du mat' pour me dire que c'était pas la peine que je vienne ce matin ...
... et a précisé qu'il aurait quand même besoin de moi vers les 15h ...
... raté.

J'ai appris il y a 10 minutes par un ami qu'il y avait un barbecue de prévu ce soir avec tout le monde (au bas mot 40 personnes) ...
... chez moi, sauf que personne jusque là n'avait jugé bon de me prévenir et que moi j'avais prévu une soirée resto en namoureux surprise avec Chou ...
... raté.

J'ai arrêté cette p*tain de pilule et ai découvert avec bonheur qu'en moins d'une semaine, ma peau d'ado s'était littéralement transformée en (presque) peau de pêche, et que je n'avais plus aucune migraine ...
... mais à côté de ça mon corps est complètement détraqué, il ne sait clairement plus comment se comporter sans toutes ces hormones artificiellement, et j'ai un peu mal partout dans mes boyaux ...
... raté.

Ma Pépette est toute choute et câlinette, elle se laisse même patouiller le ventre elle qui a toujours détesté ça ...
... sauf que si j'ai bien compté, dans genre une ou deux semaines elle va nous pondre ses bébés sur la belle moquette vert anis du salon ...
... raté.

Y'a pas UN truc qui peut être intégralement bien, desfois hein ?

mercredi 23 avril 2008

Mon nouveau portable

Alors pour la première fois de ma vie (et sûrement dernière d'ailleurs, mais il ne faut jurer de rien, donc bon), je dis "merci, et bravo Orange".

Nouveau portable commandé hier sur leur site Internet, et reçu ce matin. C'est ce que j'appelle un joli miracle, qui fait bien plaisir.

Alors voilà, mon nouveau portable, c'est lui : le Sony Ericsson W300i.

Il est tout petit, tout léger, tout beau tout vert anis trop hype tu vois, et il a tout ce que n'avait pas mon vieux LG que j'adorais, et en plus LG c'est un peu trop hors de prix et bah on verra quand je serai riche pour en reprendre un quoi.
Donc, il a plein de trucs trop trop bien qui me rendent toute folle comme une gamine avec son nouveau jouet, à savoir : un appareil photo qui fait des jolies photos, et qui fait même des vidéos avec le son (whaaa), le Bluetooth, une batterie qui tient plus de 15 minutes, en plus il fait lecteur mp3 et radio, il a une fonction haut-parleur et un kit mains libres, une fonction commande vocale (ça m'a toujours éclatée ce truc), on peut mettre des photos pour quand les coupains ils appellent et il a des sonneries top cool pour les sms. En plus il est super bien pensé, intuitif et ergonomique, si c'est pas la classe ça !

Happy :)

vendredi 18 avril 2008

Compte à rebours

Je compte les jours avant les vacances. Enfin, les vacances ... avant quelques jours de pseudo repos autour des ponts du mois de mai.

Quand j'ai prononcé le mot "congés", mon patron m'a tiré une tête de 3 pieds de long. En attendant, c'est qui qui s'est prévu 15 jours au Sénégal en mai ? pas moi il me semble ...
Donc voilà, j'ai imposé ma volonté :
- le 2 mai, tu comptes pas sur moi.
- le 9 mai ok je suis là, mais le 12 est férié et là tu peux toujours courir pour me voir au bureau.
- du 16 au 19 mai je suis en Irlande. Mais de quoi tu te plains, je te dis que je serai là le 20 ! pas fraîche, soit, mais là.
Et ça rien qu'en posant mes heures sup. Oui, heures sup, je suis à 35h, pas à 50 ! Non mais sinon tu me les payes ... ah oui, tout de suite, ça fait réfléchir ... Sinon, tu veux qu'on parle des congés payés ? Non ? T'as bien raison, je voudrais pas risquer de te fâcher encore plus ... enfin, note que les 15 derniers jours d'août, perso je suis pas dispo, sans vouloir enfoncer le clou hein, évidemment. Comment ça, encore faudrait-il que mon contrat soit renouvelé ? joue pas à ça avec moi, tu sais parfaitement que t'as pas le choix, t'as besoin de moi, qui va faire tourner la boutique cet été, qui va se cogner tous les salons et concours aux 4 coins de la France si je reste pas ? Allé je suis gentille, je veux bien faire une croix sur la semaine que je m'étais prévue en juillet si tu m'emmènes en Allemagne avec toi. Négociable ? ah, tu vois bien qu'avec un peu de bonne volonté on peut arriver à s'entendre ! Ah d'ailleurs, tant qu'on en est aux choses qui fâchent, ce soir je pars à 17h, j'ai un jardin à entretenir moi, et non je n'ai pas les moyens de m'offrir les services d'un jardinier, oui même si c'est un abruti exploitable à merci comme le tien. Tiens et puis d'ailleurs, en parlant de moyens, le SMIC augmente au 1er mai, donc je veux être augmentée aussi. Comment ça je suis pas au SMIC ? évidemment, encore heureux, mais mon pouvoir d'achat est malgré tout en chute libre ... pourquoi je te refile les bons plans du Mutant à ton avis, hein ?

Ca, c'était la conversation d'hier matin avec mon patron. Je voulais creuser un peu la question aujourd'hui, sauf qu'à ma grande surprise, personne au bureau à mon arrivée (en retard) ce matin. Hum. Bon. Et un appel à 9h30 : "Anne, non je suis pas là, je suis en Allemagne, je suis parti hier soir". Ah ok, ben cool quoi. Sinon ça va la vie, tranquille ? Il a pas fini de m'entendre parler de mes vacances ...

mercredi 16 avril 2008

De vrais gamins

Le printemps arrive (enfin !), et avec lui son lot de petits bonheurs champêtres.
Les jolis bouquets de fleurs des champs que Chou me ramène, encore pleins de terre et amoureusement froissés dans son sac à dos. Les ballades du dimanche dans les chemins défoncés par l'hiver, avec des amis citadins qui s'extasient devant les chevaux sales et mal tondus de la vieille folle, et tombent limite en pâmoison devant ces immenses étendues vertes qui s'étendent à perte de vue, et qui dans quelques semaines nous provoqueront des allergies mémorables (colza, mon amour). Le réveil au chant du coq qui nous avait tant manqué pendant l'hiver, mais qu'au bout de même pas 2 jours tu te demandes où cette maudite carabine à plombs a encore pu se cacher ...

Et puis, last but not least, l'entretien du jardin et la remise en route du potager.
Alors bon, le potager c'est pas mon truc, et d'ailleurs Chou s'en dépatouille très bien tout seul. Tout seul, ou avec un ami qui aimerait bien avoir un jardin et qui du coup s'éclate dans le notre, enfin dans tous les cas tant mieux, parce qu'à la limite, aller cueillir les fraises et les framboises, je dis pas non, et je peux même faire un effort pour les salades même s'il faut mettre les mains dans la terre, mais m'arracher les muscles à retourner de la caillasse et des mauvaises herbes, très peu pour moi merci.
Par contre, la tonte de la pelouse ne me dérange pas outre mesure. Surtout depuis qu'on a une nouvelle tondeuse qui marche bien (voire marche tout court), parce que je veux bien y mettre du mien, mais lutter pendant 10min avec cette maudite corde pourrie pour démarrer cette machine de malheur qui en plus n'est pas autotractée (enfin l'a été mais plus maintenant, c'est encore pire), j'apprécie moyen. Du coup, hier on s'est attaqués à deux à la 1ère tonte de printemps : je tonds, Chou remplit les sacs, et ainsi de suite. Sauf que voilà, la 1ère tonte de printemps, elle est plutôt du genre hardcore : le bac se remplit en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, l'herbe est encore humide et c'est la misère pour désengluer les lames, en gros on en a pour la semaine avant de venir à bout de nos 1000m carrés de terrain. Et avec 15 sacs (au bas mot) par jour, on est pas non plus au bout de nos peines.

Alors hier soir, en voyant le tas de nouveaux sacs qui grossissait dangereusement, et qui s'ajoutait à ceux qui pourissaient là depuis l'an dernier, cause grosse flemme de se lever le samedi matin pour aller à la décharge, on a eu une idée. On allait se débarasser de tout ça discrètement, à la nuit tombée ... restait juste à trouver l'endroit idéal.
On a donc commencé par blinder notre poubelle, normal ... autant vous dire que la tête des éboueurs ce matin, c'était assez comique à voir. Puis Chou a suggéré qu'on se débarasse du reste dans les poubelles des voisins ... oui, sauf que non, c'est un peu bâtard quand même, d'autant plus que des sacs pleins d'herbe qui pourissent depuis près de 8 mois, c'est pas que ça pue la mort mais pas loin ... Alors on a tout chargé dans la voiture (mon break, mon amour), et on est parti en mission "trouvage d'un coin discret où vider ce tas de m*erde". Comme on est pas des porcs, on a d'abord donné l'herbe fraîchement coupée aux chevaux crasseux de la vieille folle, qui crèvent un peu la dalle dans leur champ désséché. Et pour le reste, là pour le coup, on s'est lâchés : après 2km à fond dans les chemins (bon d'accord, à 20km/h, mais en même temps c'est un break Pijo que j'ai, pas un 4x4 hein), on s'est arrêtés à la lisière de la forêt, et on a été faire un joli tas avec le contenu de nos sacs, en sous bois, juste à côté d'un tas de vieille ferraille, même qu'on s'est demandé ce que ces horreurs pas du tout biodégradables faisaient là, au beau milieu de la forêt ... Autant dire que le prochain qui passera par là a de grandes chances d'être plus que ravi du voyage, notre tas d'herbe tondue pas très fraîche, ça ressemble un peu à une bouse de dinosaure monstrueusement malodorante, et à côté de la ferraille, ça fait un effet plutôt top en fait : genre "mon coin décharge perso". Remarque, maintenant qu'on a trouvé le filon, on va pas non plus se priver pour la suite (parce que la mission décharge le samedi matin, c'est définitivement pas humain, et puis les chevaux de la vieille folle, il vont devenir obèses à force), et tant pis si notre nouvel ami le ferrailleur revient ... le gros porc sur ce coup là, il me semble bien que c'est lui, non ?
Résultat : on est revenus à la maison morts de rire comme des enfants qui viennent de jouer un mauvais tour, le coeur battant parce que même si c'est pas interdit, même si on pollue pas, on avait quand même un peu honte de nous (mais quand même moins honte que d'aller vider ces immondices à la décharge, parce que là pour le coup mon égo, bien que pas franchement surdimensionné, en aurait pris un sacré coup) ... et tout contents de notre belle trouvaille !

De vrais gamins j'vous dis ...

Sinon, un composteur ça coûte pas cher, et en plus il paraît que les nouveaux ils ont un super système anti-qui-pue ... Oui, je sais, mais c'est tellement moins drôle !

mardi 15 avril 2008

Comme un parfum de printemps

Quelques rayons de soleil de moins en moins espacés, et ce malgré les prévisions apocalyptiques de Météo France.
Un peu de pluie, mais qui sent bon cette odeur si particulière de la pluie fraîche sur la terre tiède.
Le réveil tous les matins aux chants des petits zoizos.
Une légère odeur de barbecue qui flotte dans l'air le dimanche midi.
Ce plaisir simple de profiter de la douceur de la fin d'après-midi.

Mes gros pulls reprennent peu à peu leurs quartiers d'été au fond du placard.
Les ballerines ont remplacé les bottes dans l'entrée.
Mes chaises de jardin toutes neuves trônent fièrement au milieu de la pelouse fraîchement tondue.
Finis les brushings qui abîment mes cheveux, mes jolies boucles sont de retour !

Et j'ai retrouvé le sourire :)

samedi 12 avril 2008

La question existentielle du samedi

Au secours, quel sac je prends ?

J'ai un souci, un très gros souci avec les sacs. Déjà, j'en ai une bonne vingtaine, si ce n'est plus. En plus, ils sont tous ou presque très différents, oui euh en fait non ils vont par paire, comme les chaussettes. Et pour finir, j'en ai marre de mon tout petit sac en cuir, très joli au demeurant, mais pas du tout adapté à ma sale manie de balader toute ma vie dans mon sac. Hein ? Quoi ? C'est pas une sale manie, je suis juste une fille ? Ah bon.

Donc voilà, j'hésite.
Ma besace multicolore façon patchwork ou son homologue style péruvien avec les jolis poissons ?
Mon grand sac noir et pourpre tout doux avec des petites perles qui brillent ?
Mon fourre tout beige et marron ou le nouveau blanc et marron avec les petites fleurs ?
Mon Eastpak rouge qui date du lycée ou le kaki tout bizarrement coupé ?

Nan parce que j'vous explique. Ce soir, je vais sur Paris, pour l'anniversaire d'une amie d'enfance. Un peu bizarre d'ailleurs comme truc, je l'ai revue qu'une fois depuis 15 ans, c'était l'an dernier, et là je vais me retrouver chez son chéri, avec tous ses amis des Beaux Arts (pas très bon souvenir des gens des Beaux Arts moi ...) et une autre amie d'enfance qui apparemment fait d'avance la gueule parce que les souvenirs d'enfance très peu pour elle et bon moi je tombe un peu comme un cheveu sur la soupe dans cette histoire. Mais en même temps, si ça la dérange que je sois là, elle a qu'à partir, ou ne pas venir ... c'est bien les plus gênés qui s'en vont, non ? Enfin, rien à voir avec le choix du sac, ou presque. Le truc, c'est que y'a 90% de chances pour que je dorme sur place, parce que rentrer au petit matin après une nuit blanche complètement crevée et toute seule en plus (Chou en a profité pour programmer une soirée testostérone à la maison) j'ai déjà fait, c'est pas bien du tout, et que donc, il faut que je prévoie. Il faut aussi que je pense que je vais me retrouver au milieu d'une horde de parisiens pur souche, étudiants aux Beaux Arts qui plus est, et que si je veux pas être la paria de la soirée à qui personne ne parle, mieux vaut que je fasse attention, même et surtout aux détails. Déjà que je vais arriver habillée comme un pingouin parce que ces abrutis de l'école de musique ont décidé que comme ce soir le thème du concert c'est la musique espagnole, on doit tous être habillés en noir, rouge et blanc, et les filles en jupe longue sauf les violoncellistes et les harpistes, raté pour moi ... humm, disons que c'est pas gagné d'avance. Et qu'en plus des indispensables démaquillant, crème hydratante, maquillage, déo, parfum, brosse, Aspégic 1000, etc ... il va donc falloir que je case dans mon sac un jean, un top, un pull pas rouge merci, des chaussures de rechange (parce qu'en talons jusqu'au bout de la nuit, je vais crever c'est sûr), plus les changes pour dimanche. Tout ça en plus de mon barda habituel : portefeuille, 2 paquets de cigarettes, clés de la maison, clés de la voiture, petit carnet pour les comptes, agenda, grand carnet à griffonnages, bonbons à la menthe, chewing gum, brosse-miroir, échantillons de crèmes, stylos, papiers de la voiture, mouchoirs, labello, briquets, plan de Paris, plan du métro, allumettes, khôl d'urgence, portable, sachet de 4 Lu Petit Déjeuner en cas de fringale, APN, boîtier de l'autoradio, un bouquin ... Oui, tout ça rentrait dans mon mini sac en cuir, je suis très forte à Tetris.

Hum. C'est pas l'apocalypse, mais presque. Quand j'ai exposé la situation à Chou hier soir, après s'être marré comme une baleine pendant 10 minutes et m'avoir fort gentiment dit que j'étais décidément complètement dégénérée (c'est ce qui s'appelle voir la paille dans l'oeil de l'autre et pas la poutre dans le sien, parce que son Eastpack, niveau entassement de bordel, c'est pas mal non plus), a conclu sur un ton péremptoire : "Ma Choute, t'es dans une merde intersidérale". Je crois qu'il était pas loin de la réalité.

dimanche 6 avril 2008

A perdu Chou !

Dimanche matin, 13h.

Ma petite nature m'a poussée à rentrer me coucher sur les coups de 4h30 du mat'. Chou lui, n'est pas une petite nature. Surtout après avoir avalé 3 assiettes de choucroute que ça te blinde le bide comme jamais et que si ça a pas épongé tout l'alcool que t'avais bu à l'apéro c'est que t'es un extraterrestre.
Donc comme souvent, j'ai laissé Chou sur place, et je suis partie retrouver ma grosse couette toute moelleuse. Et puis cette fois-ci, je savais qu'il allait pas tarder non plus, parce que c'était extinction des feux à 5h (ou pourquoi il ne faut jamais fêter son anniversaire dans le garage de ses parents quand ils dorment juste au dessus, surtout quand on a des parents du genre que tu peux pas leur dire d'aller dormir ailleurs s'ils sont pas contents, après tout on a pas tous les jours 25 ans).
Sauf que voilà, je me suis réveillée à 13h, et aucune trace de Chou. Ni dans le lit (jusque là rien d'étonnant, il s'endort souvent dans le canapé en rentrant de soirée), ni dans le salon (se serait-il endormi aux wc ? rigolez pas, c'est déjà arrivé !), ni dans les wc. Arf. Pas de trace de ses chaussures, ni de son manteau, ni de tout son barda ...
Well, il est où mon portable ? Bonjour répondeur de Chou, il est où ton propriétaire ? Bonjour répondeur d'Ami n°1 de Chou, il est où Chou ? Bonjour Ami n°2 de Chou, il est où Chou ? Bonjour Ami à moi propriétaire du bar du village à côté, il est où Chou ? Bonjour Coupine à moi, il est où Chou ? Bonjour Anniversarié, il est où Chou ? Bonjour Beau-Papa, il est où ton fils ? Bonjour la gendarmerie, j'ai perdu Chouuuuuuu !!!


Dimanche, 13h45 du matin.

"Ma Choute ? Non j'ai pas dormi. Bah tu vois y'avait des gens qui voulaient bien me ramener, mais en fait on voulait pas aller se coucher, on est à Bouseux Land natal de Chou, on est au bar, je suis avec Papa tu veux faire un coucou à Papa ? C'est lui qui m'a dit de t'appeler, tu t'inquiétais ma Choute je suis désolé. Heureusement qu'il est là Papa, il m'a cherché exprès qu'il dit, bien vrai qu'il est trop fort Papa ? Bisouuuu mon Papaaaaa !" tuut tuut tuut. Ah. Bon. Ok. Ben moi j'vais m'recoucher hein ...


Et ce soir, si Chou s'est pas endormi d'ici là, on va voir Nouvelle Chatoune d'Amour ! D'ailleurs, on hésite pour le nom : Pépine (©P'tit Cousin), Isis, Goa ou Swedel ?

jeudi 3 avril 2008

Félinement vôtre

"Il y a des milliers d'années, les chats étaient vénérés comme des dieux. Ils ne l'ont jamais oublié."
... surtout ma Shashka, Bête Noire croisée Princesse et Superstar.

"Les chiens viennent quand on les appelle. Les chats prennent le message et vous rappellent plus tard."
... histoire de vous rappeller, desfois que vous l'auriez oublié, que les maîtres, c'est eux, pas vous !

"Il n'y a pas de bouton "silence" sur un chat qui réclame son petit-déjeuner."
... ni sur une Shashka qui a senti l'odeur des crevettes !

"Du point de vue félin, tout appartient au chat."
... surtout le plaid polaire qui accroche bien les poils !

C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.

mercredi 2 avril 2008

Marre !!!

Marre de me lever le matin ...
Marre d'être noyée sous le boulot qui s'accumule ...
Marre de ne jamais avoir le temps de manger le midi ...
Marre de mon patron ultra stressé ...
Marre du téléphone qui sonne toutes les 2 minutes ...
Marre d'être crevée ...
Marre d'être enfermée dans un bureau sale et puant ...

Envie de vacances ....
Envie de dormir ...
Envie d'avoir le temps de m'occuper de moi ...
Envie de destresser un peu ...
Envie de passer plus de temps avec Chou ...
Envie de m'aérer le cerveau au soleil ...

Rhâââ ... et dire que les vacances, même pas la peine d'y penser avant un mois au moins !!!

lundi 31 mars 2008

Maman, elle est bizarre desfois ...

Maman, elle dit que je devrais m'attacher les cheveux tous les jours, je suis tellement plus jolie comme ça !
Sauf que Maman, elle a dû louper un détail essentiel : j'ai pas les cheveux raides, moi ... et je frisouille, moi ...

Maman, elle dit que je devrais porter des jupes plus souvent, parce que les jeans c'est pas vraiment féminin.
Sauf que Maman, c'est un peu "faites ce que je dis, pas ce que je fais" sur ce coup là ...

Maman, elle dit que j'ai un langage de charretier.
Sauf que Maman, si elle voulait pas que j'en arrive là, il aurait peut-être fallu qu'elle m'explique avant que "p*tain", "enc*ulé", "bor*del" ne sont pas l'équivalent de la virgule, ni du point, et ne sont pas censés remplacer n'importe quel adjectif non plus ; qu'on ne dit pas "l'autre connard" mais "le monsieur désagréable" quand on parle du voisin du dessous ; qu'on évite de répéter à tout bout de champ "ça me pète les c*ouilles" quand on est une jeune fille bien ...

Maman, elle dit que c'est pas prudent de rouler avec une voiture pas très récente et pas forcément très bien entretenue.
Sauf que Maman, elle ferait mieux de regarder la sienne, de voiture, avant de critiquer ...

Maman, elle dit que je devrais me trouver un boulot stable, parce que c'est pas sérieux tout ça !
Sauf que Maman, elle est très mal placée pour dire ça, elle qui est intermittente du spectacle ...

Maman, elle dit que j'exagère ne ne pas téléphoner plus souvent, et que si elle n'appelle pas, c'est parce que ça coûte une fortune.
Sauf que Maman, elle a tendance à oublier un peu vite tous les messages que je lui laisse parce qu'elle n'est pas là quand j'appelle, qu'en plus c'est pas pratique parce qu'elle n'a pas de portable ... et puis bon, ça la gêne pas plus que ça de rester 2h pendue au téléphone quand enfin j'arrive à la joindre !

Maman, elle dit que la musique doit avant tout être un plaisir, qu'il ne faut pas se forcer à jouer quand on a pas envie, sinon on brise le charme.
Sauf que Maman, si ma mémoire est bonne, c'est elle qui m'a obligée à continuer la flûte traversière alors que je lui répétais que j'en avais marre, c'est elle qui gueulait comme un putois quand je ne travaillais pas chaque soir ou pas assez longtemps à son goût ...

Maman, elle dit que mes yeux noisette sont incontestablement plus beaux yeux du monde.
Sauf que Maman, elle a un peu trop bloqué sur les yeux bleu-gris de Chou quand elle l'a rencontré pour être encore crédible sur ce coup là.

Maman, elle dit que les mèches grises chez un homme encore jeune, c'est super sexy.
Sauf que Maman, elle a récemment demandé à Chou s'il n'envisageait pas de se teindre les cheveux ...

Maman, elle dit que les chats c'est dégoûtant, parce que la caisse ça pue, parce qu'après on retrouve des croquettes sous tous les meubles, parce que ça laisse des poils partout, parce que ça se fait les griffes sur le canapé en cuir ...
Sauf que Maman, elle était à 2 doigts de me kidnapper mes Princesses la dernière fois qu'elle est venue à la maison.

Maman, elle dit que je suis une pipelette et que c'est usant à la longue, que c'est pitoyable à quel point j'ai pas la main verte, que j'ai vraiment un caractère de cochon, que je devrais arrêter de manger n'importe quoi n'importe quand n'importe comment, et que le coiffeur ça existe nom d'un chien t'as vu ta tête ?
Sauf que Maman, elle voit la paille dans mon oeil mais pas la poutre dans le sien ...

Maman, elle dit qu'elle, à mon âge, elle avait pas fait autant de conneries.
Sauf que Maman, de toute évidence, elle sait pas ce que ses soeurs m'ont raconté ...

Et après on se demande pourquoi je passe mon temps à me prendre la tête avec ma mère, et à ne jamais rien comprendre à ce qu'elle raconte ...

samedi 29 mars 2008

Soooo cuuuute !

Rhâââââ ! Joie, bonheur ! Après plus de 2 mois de désert photographique, j'ai enfin récupéré le contenu du disque dur de feu mon vieil ordi !

Et il était temps, parce que la miss-SPA que je suis va bientôt accueillir un sac à puces supplémentaire. Après la catastrophe Olympe qui nous a laissés plus ou moins traumatisés d'autant plus que c'était la plus belle et la plus gentille chatoune de la création, et qui plus est celle qui méritait sans doute le plus d'être sauvée de l'enfer dans lequel elle vivait, il était temps.
Sauf que voilà, je ne pouvais décemment pas exposer aux yeux de tous ma future petite merveille sans présenter ses deux non moins sublimissimes congénères qui bon quand même étaient là avant elle ... mais dont les photos étaient toutes restées dans feu le vieil ordi sus-cité. Comprends-tu-je ? Question de principe quoi. Puis bon, ces deux teignes qui me servent de chats sont déjà suffisamment fâchées comme ça de devoir accueillir une troisième princesse en puissance, alors à quoi bon attiser davantage leur jalousie déjà débordante ?


Donc en avant première, enfin avant troisième là en l'occurence, voici la Bête Noire (©Tonton), et Pépette Andouillette (soeur de Babylonus Crétinus, que vous pouvez retrouver chez Petit Bruit) ...


vendredi 28 mars 2008

Thénardière

Hier soir, scéance réglement de comptes à Ok Corral.

Chou m'a demandé quels étaient les 3 petits défauts, manies, mauvaises habitudes qui m'agaçaient le plus chez lui. Facile, ai-je répondu :
- je ne supporte pas sa manie de se servir de tout et n'importe quoi comme cendrier
- je déteste son cynisme et ses remarques déplacées lorsqu'on regarde un reportage sur des sujets épineux (guerre, religion, politique ...)
- je trouve affligeant qu'à 30 ans passés il ne sache toujours pas faire pipi DANS la cuvette (et pas sur la lunette ou par terre)

Dans la foulée, je lui ai posé la même question me concernant. Son verdict :
- il ne supporte pas que je veuille tout contrôler, tout décider, tout faire toute seule, et qu'en quelque sorte je lui donne l'impression qu'il est un gamin et que je n'ai pas besoin de lui
- il déteste mon manque d'attention qui fait qu'il doit souvent répéter parce que je n'écoutais pas, d'autant plus que quand c'est lui qui n'écoute pas, je pique des crises terribles
- il trouve affligeant que je ne sois pas capable de descotcher d'Internet ou du téléphone quand il rentre (il veut bien comprendre que la séparation de ma meilleure amie et de son copain soit une catastrophe interplanétaire, mais quand même)

Eh ben j'ai pris un sacré coup dans la figure là quand même ... Pour Internet, je le savais, je suis pas idiote je sens bien que j'abuse desfois, mais comme ça nous avait jamais empêchés de discuter en même temps, je voyais pas trop le problème. Mais le reste ... Damned, je ne m'étais pas rendue compte que j'étais une sorte de Thénardière ... il m'avait bien dit qu'il en avait un peu marre de mon agressivité permanente, de me voir toujours sur la défensive, même s'il comprenait que c'était bien involontaire et surtout lié à mon manque de confiance en moi, mais je n'avais pas mesuré à quel point j'étais en fait une vraie teigne ! Et puis, moi ce que je lui reproche, ce sont des détails de la vie quotidienne, des ptits trucs relou qui font que je gueule plus qu'à mon tour, mais finalement pas des problèmes de fond ... Alors là. Il m'a demandé pourquoi il avait l'impression que j'allais pleurer ... ben c'est quand même un peu un coup de massue que je me suis pris là, et ça fait peur, j'ai pas envie de devenir à même pas 25 ans une mégère acariâtre !

Donc faut que je change. Que je me calme. Que je m'intéresse un peu plus à lui même quand il parle d'histoires de boulot qui me gonflent. Que j'arrête d'être relou. Que je mette un peu de côté mon côté Mère Thérésa toujours là pour les autres, pour mieux m'occuper de moi et de nous.
Peut-être bien la seule résolution que je suis bien décidée à tenir ...

jeudi 27 mars 2008

Eternelle insatisfaite

J'aime pas le lundi, parce que si c'est lundi ça veut dire que le week-end est fini.

J'aime pas le mardi parce qu'il est trop proche du lundi.

J'aime pas le mercredi parce que c'est le jour du téléphone qui sonne toutes les 20 secondes.

J'aime pas le jeudi parce que la comptable est là, et que la comptable je l'aime pas.

J'aime pas le vendredi parce que je suis trop fatiguée pour travailler.

J'aime pas le samedi parce que je trouve indécent de devoir mettre mon réveil le week-end.

J'aime pas le dimanche parce qu'il passe toujours trop vite.


En gros, t'aimes rien quoi ...

mardi 25 mars 2008

Little bouseuse

Je disais il y a quelques jours que j'étais définitivement (enfin, peut-être pas mais là tout de suite c'est un peu le sentiment que ça me donne) devenue une bouseuse indécrottable. Et clairement, ça se confirme ...

J'ai quand même poussé le vice jusqu'à me trouver un boulot dans un bled à peine plus grand que le mien juste pour être tranquille, ne pas avoir à prendre le transports en commun ni à travailler dans une entreprise où même en 10 ans on ne connaît pas la moitié des employés.

Je prends tous les jours le chemin des écoliers au risque de se retrouver coincée derrière un tracteur parce qu'un tracteur c'est toujours moins pire que 10 voitures, et accessoirement je pique des crises monstrueuses dans les microbouchons de la pseudo-ville d'à côté (je vous raconte même pas mon état de nerfs hier après 2h dans les bouchons direction Paris)...

Je me suis tellement bien habituée à pouvoir me garer en vrac n'importe où que je ne sais plus faire les créneaux, et d'ailleurs chez moi, "place de parking personnelle" se prononce "grange suffisamment grande pour y caser 3 tracteurs et 5 camping car". Dans le même ordre d'idées, je conduis maintenant aussi mal que tous ces porcs de bouseux que ça fait longtemps qu'ils ont pas dû se pencher sur le code de la route.

Mon joli accent chantant s'est mué en une suite de grognements très typés "Normandie profonde".

J'ai en permanence de la terre et des éclats de caillasses sur mes chaussures, voire de la boue sur le bas de mes pantalons, et le pire c'est que je m'en fiche

Je trouve parfaitement normal de devoir pendre ma voiture pour aller acheter du pain, parfaitement normal que mes voisins les plus proches soient des chevaux et des vaches, parfaitement normal de ne pouvoir chauffer qu'une seule pièce de la maison parce que la vieille pierre ça garde bien le frais en été mais en hiver aussi et que moi je suis pas Crésus, parfaitement normal que les éboueurs ne passent ramasser la poubelle de recyclage qu'une fois tous les 15 jours, et j'en passe ...
Mon amie H., venue passer le week-end de Pâques ici, trouve que c'est un autre monde, limite surréaliste pour la petite citadine qu'elle est toujours restée ... je sais pas, je me souviens pas d'avoir jamais trouvé ce mode de vie étrange, ni même que quoi que ce soit m'ait un jour choquée ...

Ce que je trouve par contre parfaitement anormal et même carrément abusé, c'est de devoir faire la grande majorité de mes achats sur Internet, parce que par ici la FNAC, Zara ou Ikéa ça existe pas, et je vous parle même pas de toutes les boutiques démentes dont les parisiennes font l'apologie sur leur bloug ... de retourner toujours dans les mêmes restos, bars et salles de concert et de ne jamais pouvoir dire "J'ai découvert un nouvel endroit génial, je t'y emmène le week-end prochain il faut que tu voies ça !" ... de ne pas pouvoir faire 3 pas sans que quelqu'un me dise "Ah je t'ai vue à tel endroit tel jour !", pire "Ma chérie, Mme Machin la Maman de ta copine Truc m'a dit qu'elle vous avait vues acheter un pack de bière dimanche matin à l'épicerie, vous aviez une de ces têtes, ah là là vraiment ...", merci l'intimité et la discrétion, merci aussi pour les commérages, je vois pas en quoi ça regarde ma famille ce que je fais le dimanche matin ...

Bon remarquez, ça fait partie des joies de la vie à la campagne, mais quand même ... ça craint.

vendredi 21 mars 2008

Pâques aux tisons

Je ne sais pas si Noël était au balcon, mais pour Pâques aux tisons, il n'y a aucun doute.
Dans un sens, c'est flippant (c'est Pâques quand même quoi !), mais d'un autre côté, je trouve ça dément ... pas le froid, non, d'autant plus que pour les tisons c'est un peu râpé sans cheminée, mais pour la neige qu'ils prévoient pour ce week-end.

J'adore la neige. J'adore me réveiller, retirer mes boules-quiès et avoir l'impression de les avoir encore dans les oreilles tant les bruits sont étouffés par le manteau blanc qui a recouvert ma campagne. J'adore ouvrir les volets et rester là à contempler ce si joli spectacle, en sentant quelques flocons me tomber délicatement sur le bout du nez. J'adore écouter la campagne qui semble rester endormie encore plusieurs heures après le lever du soleil. J'adore l'idée de chercher les oeufs de Pâques dans la neige. J'adore photographier les taches brûlantes de couleur que laissent les primevères dans cette étendue blanche. J'adore observer la réaction de mes chatounes, l'une extrêmement fâchée et l'autre davantage intriguée par cette sensation inhabituelle sous leurs coussinets. J'adore imaginer qu'à midi tout n'aura pas fondu, et que la neige restera là pendant encore quelque temps, un peu plus épaisse chaque jour. J'adore laisser des traces de pas dans la neige immaculée, courir, sauter, marcher sur la pointe des pieds, brouiller les pistes ... et voir si je fais mieux que les animaux passés par là pendant la nuit.

La neige, c'est mon rêve éveillé. Et c'est encore plus magique après une nuit blanche, avec la fatigue, j'ai le sentiment que mes yeux et mon corps tout entier perçoivent encore mieux la beauté des paysages et la douceur de l'ambiance d'un matin enneigé.
Je suis amoureuse de la neige ... je la trouve presque aussi magique que les vagues qui se fracassent sur les rochers les jours de gros temps ... J'aime les météos capricieuses ...

jeudi 20 mars 2008

Tes problèmes, tu les laisses chez toi !

Il n'y a rien qui m'exaspère plus que les couples en crise qui règlent leurs comptes en public. Surtout quand l'un des deux était prêt à prendre sur lui pour passer une bonne soirée sans prise de tête, et que l'autre n'est au contraire clairement pas disposé à se comporter en adulte responsable, et vient ni plus ni moins foutre sa merde.

Et tout ça m'énerve d'autant plus quand ça se passe chez moi, alors que moi j'avais rien demandé, déjà à la base j'avais pas prévu d'avoir du monde un mercredi soir à la maison ...
Au passage, j'avais pas non plus demandé à m'en prendre plein la tête pour avoir osé donner mon point de vue sur une remarque très genre "l'hôpital qui se fout de la charité" ... j'ai pas à me mêler de leurs histoires, je suis d'accord, mais bon je suis quand même chez moi, et quand il s'agit de rétablir la vérité entre leurs deux sons de cloche bien différents, j'estime être en droit de l'ouvrir sans me faire rabattre le caquet dans la seconde qui suit.
Sans compter que tout ça passe d'autant moins bien que j'apprécie assez moyennement d'être remerciée d'avoir proposé à l'un des deux de dormir à la maison si ça pouvait lui faire du bien, par un faisage de gueule en règle au petit matin.

Très honnêtement, ils ont de la chance tous les deux que je ne les connaisse pas suffisamment bien pour aller leur dire leurs 4 vérités. Parce que là pour le coup, ils en auraient pris pour leur grade, et pas à moitié.
P*tain mais c'est si difficile à comprendre qu'on puisse avoir envie de garder contact avec chacun d'entre eux même s'ils se séparent, qu'on puisse ne pas avoir envie de choisir, qu'on puisse parler de tout ça posément avec l'un comme avec l'autre ... sans avoir l'impression après d'avoir déclanché la 3ème Guerre Mondiale ?

4h de sommeil plus tard et mon % d'énervement largement au delà des limites du raisonnable, sans compter la demi-tonne de boulot qui m'attend et me gonfle d'avance, je sens que je vais encore passer une bonne journée ...

mercredi 19 mars 2008

Ah, Paris ...

Je déteste Paris. D'une manière générale, je déteste toutes les grandes villes, voire les villes tout court, mais ça, ça dépend desquelles.

Un comble quand même, pour une parisienne de naissance. Dans mes souvenirs, j'aimais bien Paris, mais je n'étais encore qu'une petite fille quand j'en suis partie, alors je sais pas, peut-être que si j'y avais passé mon adolescence, je n'aurais jamais réussi à en partir, ou alors pour une autre capitale ... vraiment, je sais pas.

Toujours est-il que de Paris, je suis passée à Montpellier, et que Montpellier, j'adore. Enfin au début non, je trouvais ça pourri qu'il n'y aie pas de métro, qu'on se retrouve toujours en galère avec les bus dès qu'on sortait du centre ville, etc ... quand je vous disais qu'à 9-10 ans j'avais déjà de la suite dans les idées !
Mais bon, à Montpellier il fait presque toujours beau, la plage est à 2 pas, et puis finalement, quel bonheur de pouvoir faire du shopping en sachant qu'on aura pas à traverser toute la ville pour trouver tel ou tel type de magasin, quel bonheur de pouvoir aller seule à l'école puis au collège (ce que ma mère ne m'aurait jamais laissée faire à Paris, c'est évident) !
Et puis Montpellier, c'est une ville à ma taille, ni trop grande ni trop petite, ni complètement morte ni trop animée, idéale quoi. Enfin, et ça je ne l'ai réalisé que récemment, à Montpellier les gens ne sont pas stressés : même un 24 décembre après-midi, personne ne bouscule personne dans les ruelles du centre ville, les gens continuent à se promener comme s'ils n'étaient pas complètement à la bourre dans leurs achats de Noël, les serveurs dans les restos ne te font pas sentir que ça les fait prodigieusement ch*ier de bosser la veille de Noël et qu'ils aimeraient bien être à la place des passants nonchalants ...
Que du bonheur, quoi.

Sauf que voilà, je dois être un peu maso, et après plus de 10 ans passés dans le sud, j'ai eu envie de retourner sur Paris. Enfin du moins y finir mes études et y travailler, parce qu'y vivre, moi à la base j'aurais pas dit non, mais c'est le portefeuille de Maman qui a dit non au studio microscopique sous les combles à 800€ par mois (sachant que 800€, c'est plus que ce qu'elle payait à l'époque pour son appart, très loin du studio de schtroumpf, je la comprends).
Et puis finalement, elle a eu raison Maman ... parce qu'après 2 ans passés à faire mes études puis travailler sur Paris, j'en pouvais plus de cette maudite ville, de son métro, de ses gens stressés, de ses magasins bondés, de ses bouchons, de son brouhaha permanent ... à tel point qu'aller passer le week-end chez une amie à Paris était presque devenu une torture, et que je n'avais plus qu'une envie : une grande maison avec jardin en rase campagne, et un boulot pas loin.

Voilà comment en moins de 4 ans, on transforme une petite citadine en bouseuse indécrottable.

mardi 18 mars 2008

Quand je serai grande

Quand j'étais petite, j'avais une foule d'idée concernant mes études et mon avenir professionnel.
J'étais très fière de dire que quand j'aurais 18 ans, j'irais à l'université, moi. Pas dans une école comme Papa hein, nan à l'université, parce que les écoles c'est pour les bébés, que l'université c'est vraiment pour les grands.
Je voulais devenir kiné, ou plutôt professeur de musique, ou journaliste. J'avais décidé que j'apprendrais mon métier à la Sorbonne après avoir eu un baccalauréat lettres et langues comme mon cousin.
A 9-10 ans quand même, j'avais de la suite dans les idées !

Sauf que ...
- Le bac "lettres et langues" n'existait plus quand je suis arrivée au lycée. Et de toutes façons, Maman a voulu que j'aille en S.
- J'ai bien été à la fac comme prévu, mais il m'a fallu 4 ans avant d'atterrir à la Sorbonne, pour finalement obtenir un diplôme qui fait très joli sur le papier mais ne sert pas à grand chose dans la vraie vie.
- Je ne suis ni kiné, ni professeur de musique, ni journaliste ... je bosse seule avec un fou, qui lui même bosse avec des fous, dans un milieu où ils sont tous plus fous les uns que les autres ... si avec ça je deviens pas folle moi aussi !

Tout ça pour dire que je maudis notre système d'éducation pourri, qui envoie de bon coeur ses jeunes dans des voies en garage, et débrouille-toi donc tout seul mon ptit loup, t'apprendras la vie. Avec un bac+4, il m'aura quand même fallu 7 mois de stage, 2 mois de chômage, un CDD de 3 mois, 8 mois de chômage, 4 mois dans l'animation, 2 mois de chômage, un nouveau CDD de 3 mois et 2 mois au black avant d'atterrir ici un peu par hasard ... uniquement parce que pour une fois, un patron n'a pas regardé mes diplômes et mon expérience, mais m'a vraiment écoutée et a osé parier sur moi et sur le fait que je serais capable d'apprendre sur le tas (oui parce que soyons honnêtes, rien de ce que j'ai appris au cours de mes études ne me sert dans mon boulot ... c'est quand même un peu aberrant ...). Pari je l'espère gagnant ... parce que je préfère encore travailler avec un fou dans un milieu de fous (je me répète, non ?) que me retrouver une fois de plus au chômage, pour une durée plus qu'indéterminée.
Et puis en plus ce boulot, aussi épuisant soit-il, aussi peu en rapport avec mon cursus universitaire soit-il, me plaît vraiment ... sans compter que je suis à 10min de la maison et que devoir retourner bosser un jour sur Paris ne m'enchante pas vraiment ... ça serait dommage que ça s'arrête en si bon chemin !