mardi 25 mars 2008

Little bouseuse

Je disais il y a quelques jours que j'étais définitivement (enfin, peut-être pas mais là tout de suite c'est un peu le sentiment que ça me donne) devenue une bouseuse indécrottable. Et clairement, ça se confirme ...

J'ai quand même poussé le vice jusqu'à me trouver un boulot dans un bled à peine plus grand que le mien juste pour être tranquille, ne pas avoir à prendre le transports en commun ni à travailler dans une entreprise où même en 10 ans on ne connaît pas la moitié des employés.

Je prends tous les jours le chemin des écoliers au risque de se retrouver coincée derrière un tracteur parce qu'un tracteur c'est toujours moins pire que 10 voitures, et accessoirement je pique des crises monstrueuses dans les microbouchons de la pseudo-ville d'à côté (je vous raconte même pas mon état de nerfs hier après 2h dans les bouchons direction Paris)...

Je me suis tellement bien habituée à pouvoir me garer en vrac n'importe où que je ne sais plus faire les créneaux, et d'ailleurs chez moi, "place de parking personnelle" se prononce "grange suffisamment grande pour y caser 3 tracteurs et 5 camping car". Dans le même ordre d'idées, je conduis maintenant aussi mal que tous ces porcs de bouseux que ça fait longtemps qu'ils ont pas dû se pencher sur le code de la route.

Mon joli accent chantant s'est mué en une suite de grognements très typés "Normandie profonde".

J'ai en permanence de la terre et des éclats de caillasses sur mes chaussures, voire de la boue sur le bas de mes pantalons, et le pire c'est que je m'en fiche

Je trouve parfaitement normal de devoir pendre ma voiture pour aller acheter du pain, parfaitement normal que mes voisins les plus proches soient des chevaux et des vaches, parfaitement normal de ne pouvoir chauffer qu'une seule pièce de la maison parce que la vieille pierre ça garde bien le frais en été mais en hiver aussi et que moi je suis pas Crésus, parfaitement normal que les éboueurs ne passent ramasser la poubelle de recyclage qu'une fois tous les 15 jours, et j'en passe ...
Mon amie H., venue passer le week-end de Pâques ici, trouve que c'est un autre monde, limite surréaliste pour la petite citadine qu'elle est toujours restée ... je sais pas, je me souviens pas d'avoir jamais trouvé ce mode de vie étrange, ni même que quoi que ce soit m'ait un jour choquée ...

Ce que je trouve par contre parfaitement anormal et même carrément abusé, c'est de devoir faire la grande majorité de mes achats sur Internet, parce que par ici la FNAC, Zara ou Ikéa ça existe pas, et je vous parle même pas de toutes les boutiques démentes dont les parisiennes font l'apologie sur leur bloug ... de retourner toujours dans les mêmes restos, bars et salles de concert et de ne jamais pouvoir dire "J'ai découvert un nouvel endroit génial, je t'y emmène le week-end prochain il faut que tu voies ça !" ... de ne pas pouvoir faire 3 pas sans que quelqu'un me dise "Ah je t'ai vue à tel endroit tel jour !", pire "Ma chérie, Mme Machin la Maman de ta copine Truc m'a dit qu'elle vous avait vues acheter un pack de bière dimanche matin à l'épicerie, vous aviez une de ces têtes, ah là là vraiment ...", merci l'intimité et la discrétion, merci aussi pour les commérages, je vois pas en quoi ça regarde ma famille ce que je fais le dimanche matin ...

Bon remarquez, ça fait partie des joies de la vie à la campagne, mais quand même ... ça craint.

2 commentaires:

fanette a dit…

Je te comprends, et je voudrais aussi vivre à la campagne, car c'est joli, mais il y a deux ou trois trucs dans le mode de vie que je ne supporte pas actuellement ; mais je me dis souvent que le temps passe, et que plus tard, peut-être, je les supporterais tout à fait...

Miss Blabla a dit…

> Fanette : J'avoue que c'est très rare de trouver une citadine qui s'adapte si facilement au mode de vie rural ... Il faut faire un paquet de concessions !! Mais quand on y est, on ne peut plus quitter la campagne ... enfin perso je peux plus !