jeudi 15 mai 2008

Catwoman

Les chats et moi, une grande histoire d'amour !

Tout a commencé avec Chaussette, une petite chatte rousse qui appartenait aux voisins de ma tante. Sauvage comme pas permis, mais tellement adorable ! Et puis la voisine a déménagé ...

Ensuite, il y a eu Elfie chez ma cousine, rapidement rebaptisée Elfi (oops !). Un chat énoooorme, à moitié sauvage aussi sauf quand il s'agissait de bouffer, là il devenait encore plus câlin que le plus dépendant des chats d'appartements de mamie ! Et puis un jour il a disparu, la faute à son trop grand amour des poules du voisin sûrement ...

Puis, rencontre avec Réglisse, chez ma tante. Bête Noire n°1, une adorable furie, qui a envoyé se faire écrabouiller sur la D11 Miramar (poids de croisière, 12kg) et Kid (qui répondait aux "Kidouuuuu mon chaaaaaat !" qu'on lui lançait en voiture par des Miaaaaaaaaa déchirants, huhu). Puis Moumousse est arrivée, 1ère ptite tricolore super câline et un peu secouée, très vite adoptée par Bête Noire n°1, manque de bol, c'est sur elle que la leucose s'est abbatue. Les boules.

Puis à 19 ans, j'ai enfin pu avoir mon premier chat : Chopin. Même pas à me prendre la tête pour lui trouver un nom original, il était livré avec, et comme par hasard, il s'avère que Chopin est en plus le compositeur préféré de ma mère (si on pouvait être fan d'un compositeur classique, ma mère serait la fan n°1 de Chopin, du genre groupie qui hurle et tombe en pâmoison au moindre clignement de cils de la star). Chopin, le chat le plus possessif du monde : il détestait tout le monde, sauf moi. Et quand, en déménageant, je l'ai forcé à se sociabiliser, puis lui ai imposé un Chou très envahissant, il s'est carapaté vite fait. Saloperie de chat.

L'une des causes de la fuite de Chopin, le Tem chat, Téméraire de son vrai nom, ramassé dans une décharge à 2 mois tout maigrelet, et qui aujourd'hui, à 4 ans, pèse facile ses 7kg, bon chat. Le chat pas doué par excellence : du genre à se faire une entorse à 3 mois en tombant d'un petit tabouret, à s'éventrer à 6 mois (la veille de Noël, tant qu'à faire) en voulant suivre mon grand Chopin athlétique par dessus un grillage de barbelés, à marcher sur une guêpe puis sur 3 pattes (forcément, avec un coussinet aussi gros que ladite patte, c'est pas simple) à même pas un an. Le chat qui fait le mieux le regard de dépressif genre "je veux mourir", et aussi et surtout le chat le plus sociable du monde, qui accepte les chatons sautillants en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, qui s'en occupe quand ils posent pour la première fois leurs petites pattes dehors, qui les surveille et les défend comme un vrai papa chat au top du top !

Et donc, Shashka, la Bête Noire n°2 est arrivée. Adoptée instantanément par l'adorable Tem chat. La Shashka, c'est la pétasse par excellence ... enfin, la chatte quoi. La pétasse, pas dans le sens négatif du terme, mais juste ... elle est belle, elle le sait, et elle se la pète grave. Toujours élégante, digne (sauf quand elle se roule de bonheur dans le caniveau, mais ça c'est encore autre chose, et puis on ne peut pas toujours être parfaite, n'est-ce pas ?), très fière ... mais tellement adorable ! Et intelligente avec ça. Comment ça, c'est MA chatoune d'amour et je suis pas du tout objective. Attendez, une chatte que l'on peut laisser seule avec un bébé de 7 mois, enfermée dans une pièce, et qui se couche à côté du bébé, toute ronte ronte mais pas trop proche, et se laisse transformer en doudou à patouiller sans rien dire, c'est pas une bestiole plus que formidable ?

Le jour de notre installation dans notre jolie maison avec Chou, on a récupéré Peyotl, fille et soeur des chatounes d'amour de Yiise. Tout l'inverse de Shashka : tellement câline qu'elle en est collante, prodigieusement sotte, totalement indigne (une chatte bien éduquée ne dort pas sur le dos, non, non). La ptite tricolore un peu secouée n°2, la même, vraiment, que Moumousse, la lueur d'intelligence dans les yeux en moins. Tout comme Shashka est définitivement la même que Réglisse, la méchanceté en moins. Un amour ma Pépette, et puis tellement à l'opposé de sa très digne congénère que ça fait un bien fou. Notre sublime Pépette qui nous a pondu un magnifique bébé il y a 5 jours, même que ça l'a rendue un poil dingue, au point d'attaquer un chien (50kg au bas mot) qui s'est jeté apeuré dans les bras de son maître (50kg au mieux, aie). Depuis, ma Pépette est encore plus gentille qu'avant, une super maman à deux doigts d'adopter aussi Lilith, le petit démon mioutant qui est venu nous envahir il y a une semaine.

Lilith donc, petite crapahuteuse gourmande, pas trouillarde pour deux ronds, mais obéissante, qui a déjà compris qui étaient les cheffes et qui a beau faire la maligne devant nous, s'écrase bien bas devant les deux grandes. La petite Lilith qui portera encore mieux son nom l'hiver venu, quand il faudra lui démêler ses longs poils gris qu'elle perdra par poignées, qui déjà nous impose des soins quotidiens cause conjonctivite, écorchures diverses et variées (parce que quand on a pas 2 mois et qu'on entreprend de descendre l'escalier en trombe, ça fait mal) ... pfff quoi. Mais elle est tellement beeeeeeeeelle !!!

N'oublions pas non plus Loupiote, nouvelle martyriseuse de Tem chat, Lilith version chat-vache-maquillée, avec un caractère de peste péteuse comme Shahska, un amouuuur de chatounette !

Tout ça pour dire, que ma vie sans les chats, c'est inenvisageable, surtout sans ces trois là.


1 commentaire:

Alerte à Liège/Sophie a dit…

J'adore! Je suis aussi une folle, folle, des chats! Ma vie sans eux seraient vraiment terne!!! Merci pour ton passage sur mon blog ;) Bizzz